Roman Devenir la femme du président par hasard. chapitre Chapitre 1

Heure : 10 heures du matin

Lieu : Château de Sophie

Aujourd'hui était le jour du mariage des familles Nelson et Dupont dans la capitale.

Éclairés par le lustre en cristal au-dessus d'eux, le serveur traversa la salle de banquet en portant du champagne et du vin rouge dans sa main, tandis que le tapis vermillon s'étendait sur le sol.

Le château était rempli d'invités et le vin coulait comme une forêt.

Des familles de la haute société, des personnalités de la capitale et même le maire de la ville sont venus.

C'était vraiment un festin luxueux.

Même si l'atmosphère aurait dû être joyeuse et vibrante, les visages de chacun arboraient désormais une expression étrange.

Seulement parceque -

La grande horloge accrochée au sommet du château avait déjà sonné dix fois.

L'heure propice était passée.

Le marié n'était pas encore arrivé.

L’émission en direct avait déjà été diffusée trois fois, mais peu importe l’expérience de l’animateur, il était toujours incapable de contenir le chaos.

Le public était légèrement agité.

"Pourquoi le marié n'est-il pas encore arrivé? Est-ce qu'il s'est passé quelque chose?"

"Je me demande s'il peut venir!"

Quelqu'un demanda avec méfiance, "Que voulez-vous dire?"

"Les médias sont dans une frénésie totale! Ce matin, lors du mariage de la fille aînée de la famille Nelson, Camille, avec Ethan Dupont, la deuxième fille, Élise, s'est enfuie. Les photos montrent qu'Ethan est parti pour l'aéroport à six heures pour partir à la recherche de Élise. On ne sait pas s'il pourra revenir à temps!"

Quelqu'un soupira, "Camille avait disparu quand elle était enfant et n'a été retrouvée que depuis sept ans. C'est pourquoi Ethan et Élise ont grandi ensemble et sont devenus des amoureux d'enfance. Si Camille n'était pas soudainement réapparue, j'ai bien peur que ce mariage n'aurait pas eu lieu. Elle a brisé un beau couple comme ça."

"C'est faux! La famille Dupont a toujours voulu marier la Première Demoiselle Nelson, la descendante directe de François Nelson!"

Quelqu'un agita la main et dit : "Le père de Élise est Lucas Nelson. C'est le deuxième fils de la famille Nelson, mais il a été adopté par le Vieux Maître Nelson après la disparition de Camille. Pour soulager la douleur de son frère aîné et de sa belle-sœur, Lucas a confié sa fille Élise à la maison du fils aîné pour qu'elle soit prise en charge pendant dix ans. Même si Camille revient, rien ne pourra être changé."

"François et sa femme tiennent Élise en très haute estime. En réalité, Élise est la candidate la plus probable pour hériter du Groupe Nelson!"

"Bien sûr! Dix ans de relation, ce n'est pas faux."

"Même s'il y a un lien de parenté entre Camille et François, il est difficile de dire qui est proche et qui ne l'est pas!"

Quelqu'un renifla et rit, "On dit que quand ils ont trouvé Camille pour la première fois, c'était une vraie paysanne. Son visage était jaune cire, et elle était laide comme un bâton. Elle ne connaissait aucune manière, et même François et sa femme ne l'aimaient pas trop. Si j'étais Ethan, je choisirais aussi Élise."

"Elle a été abandonnée le jour de son mariage. Si j'étais elle, je creuserais un trou et m'enterrerais!"

"C'est dommage que Camille, née dans une famille privilégiée et ayant un statut élevé, ait fini par être utilisée comme un outil pour l'avancement de quelqu'un d'autre!"

Il y eut un éclat de moquerie dans l'entourage.

...

Au deuxième étage, dans le dressing.

Devant le miroir de maquillage.

Le petit visage ovale de la beauté dans le miroir avait des traits délicats, ses yeux aussi clairs que des raisins et portant une brume charmante, légèrement relevés aux extrémités.

Son aura était faible mais douce.

L'expression de la belle était aérienne, comme si elle était inconsciente de la clameur devant la porte.

Avec un "bang", la porte de la loge fut poussée ouverte.

Sadie Martin, son amie proche, fit irruption dans la pièce et s'exclama avec indignation : "C'est scandaleux ! En une occasion aussi importante, Ethan a eu l'audace d'être en retard si longtemps ! Est-il conscient des ragots qui circulent?"

La beauté devant le miroir dit d'un ton léger : "Il ne viendra pas."

Sadie était abasourdie.

Elle écarquilla les yeux. "Qu'est-ce que cela signifie? Est-ce qu'il essaie d'éviter les noces?"

Camille ne parlait pas. Elle prit le crayon à sourcils et le traça soigneusement.

Ses sourcils étaient magnifiques, comme de l'encre noire lointaine, aussi sombres que l'eau d'automne.

À côté d'elle, l'écran du téléphone sur la table était toujours allumé.

Il y a seulement deux minutes, Ethan lui a envoyé un message :

[Camille, Élise s'est coupée le poignet dans une tentative de suicide, et son poignet est gravement blessé. Je ne peux pas revenir en temps voulu, pouvons-nous reporter notre mariage?]

Un instant plus tard, Camille posa son crayon à sourcils et demanda simplement :" Où sont mes parents ?"

Sadie pinça les lèvres.

Comme si elle craignait qu'elle ne soit triste, après un moment, Sadie murmura, "... est allé chercher Élise."

Camille fit une pause.

Oui.

Lors d’un jour aussi important, ses parents, son fiancé et son jeune frère étaient tous absents.

Sadie était indignée. "La famille Nelson est vraiment aveugle! Ils traitent une femme rusée comme si c'était leur fierté et leur joie. Ils ne peuvent même pas dire qui est leur vraie fille! Et Ethan, j'aurais dû savoir qu'il n'était pas digne de confiance!"

Camille leva légèrement les yeux.

Le bruit en dessous semblait encore plus fort.

"Sadie, aide-moi à apaiser les invités en mon nom."

"D'accord." Sadie hocha la tête.

Dès que Sadie partit.

La loge redevint silencieuse.

À ce moment-là, le téléphone sonna à nouveau soudainement.

C'était Ethan qui appelait.

Camille y jeta un coup d'œil et ne tendit pas la main pour le ramasser.

Levant légèrement la main, elle retira nonchalamment l'épingle à cheveux qui était attachée derrière sa tête.

Immédiatement.

Une chevelure d'un noir de jais tombait comme une encre épaisse, comme le soupir d'un drame.

Elle se regarda dans le miroir.

Silence.

Doux.

Sous cette façade impeccable et sans émotion, le cœur avait connu son lot de hauts et de bas, criblé de trous, et pourtant personne ne semblait s'en soucier.

Le vestiaire était tellement vide.

C'était comme si elle était au fond de la mer, terne, suffocante et difficile à respirer.

Longtemps.

Elle se leva, ignorant la vibration du téléphone portable, ouvrit la porte et sortit.

...

En bas.

La large route derrière le château de Sophie était déserte.

Peut-être que les familles Nelson et Dupont s'étaient préparées à l'avance, car la route aller-retour avait été dégagée.

Et en ce moment.

Chapitre 1 1

Chapitre 1 2

Chapitre 1 3

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Devenir la femme du président par hasard.