Roman Monsieur, ne faites pas n'importe quoi chapitre Chapitre 8

Glen leva les yeux vers la femme avec un sourire peu sincère. "Depuis quand Rose, la directrice du Dream Club, est-elle devenue si compatissante envers les indignes?"

Rose haussa ses charmants sourcils élancés. Alors qu'elle s'apprêtait à parler, elle entendit frapper à la porte.

Elle posa la tasse de thé dans sa main et dit: "Je ne suis pas une sainte, mais la fille a travaillé dur. Ce serait dommage qu'elle périsse à ma porte."

Elle se leva en balançant ses hanches et ouvrit la porte.

Glen plissa les yeux et observa Rose qui se dirigeait vers la porte. Dans son esprit, il repassait encore ce qu'Eléna avait dit pendant qu'elle s'agenouillait. Cette femme avait effectivement beaucoup changé.

Levant la main, il prit la tasse de thé et en but une gorgée qui lui laissa un arrière-goût amer dans la bouche.

Rose se tenait à la porte et dit quelques mots à la personne qui avait frappé. Puis elle s'est retournée pour faire face au bureau. Interloquée, elle a murmuré: "Elle s'est évanouie."

"Où est Doran?" Sa main qui tenait la tasse de thé s'arrêta en l'air.

"J'ai entendu dire qu'il était pressé et qu'il l'avait conduite lui-même à l'hôpital."

Glen pinça les lèvres, son expression étant indéchiffrable. Après une brève pause, il dit: "Envois deux personnes à leur poursuite."

Dans son rêve, Eléna était de retour en prison. La grosse chef de bande la battait. Puis, dans un accès de rage, elle mettait le feu à toute la prison.

Elle et toutes celles qui l'avaient malmenée ont été prises au piège dans l'incendie.

Eléna sentit la douce libération de la mort mais se réveilla pour faire face à la réalité.

Chapitre 8 1

Chapitre 8 2

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Monsieur, ne faites pas n'importe quoi