Roman Pas de retour en arrière chapitre Chapitre 6

"Pas besoin, M. Fowler." Jeanne ricana, prenant une profonde inspiration et laissant enfin éclater la vérité qui couvait dans son cœur.

Elle a poursuivi : "Tu aimes tellement Maddie que tu ne veux pas que quelqu'un d'autre vienne contester son statut d'héritière de la famille Fowler.

"Je te donnerai ce que tu souhaitais. A partir de maintenant, ma relation avec les Fowler est terminée, et je ne fais plus partie de ta famille !"

Sur ce, Jeanne se sentit alors libérée d'un poids énorme et monta à l'étage sans regarder l'expression stupéfaite des Fowler.

Lorsqu'elle est redescendue avec ses bagages prêts à partir, tous les autres ont été ébranlés.

Jeanne se tenait juste là avec un simple sac et un sac à dos ordinaire.

Elle leur jette un regard froid et sort de la villa à grands pas.

"Tu t'arrêtes là !" Jacques a crié. Il trouva enfin le courage de parler. "Tu es sérieuse, Jeanne ?"

"Aussi sérieux que cela puisse être, M. Fowler. N'est-ce pas ce que vous vouliez tous ?" Jeanne répondit sarcastiquement en sortant de la maison sans se retourner.

Madeleine ne put s'empêcher de ressentir un sentiment de triomphe. Elle n'avait aucune idée de la raison pour laquelle Jeanne abandonnerait volontairement son poste dans la famille Fowler, mais elle était soulagée que cela se soit produit.

L'excitation de Madeleine était hors du commun, mais elle avait un numéro à jouer. "Pierre, s'il te plaît, va parler à Jeanne. C'est moi qui dois partir, pas elle", a plaidé Madeleine, les larmes coulant sur son visage. "Jeanne est juste bouleversée parce que tu l'as mal comprise. S'il te plaît, va lui parler."

Madeleine a crié et sangloté de façon incontrôlable en tirant sur le bras de Pierre, mais il ne lui a pas immédiatement répondu.

Les émotions tourbillonnaient à l'intérieur de Pierre. Il pensait que garder Jeanne à la maison ne ferait que causer des problèmes à la famille et menacer la position de Madeleine, alors il souhaitait qu'elle se débrouille seule.

Aussi, Pierre a dû admettre que Jeanne était sa sœur. Il ne pouvait pas le nier.

De plus, il savait que Jeanne ne partait que parce que cette famille l'avait profondément blessée.

Pierre savait que ses actions avaient joué un rôle dans la décision de la jeune femme de partir, ce qui le rendait très malheureux.

Madeleine était mal à l'aise car elle remarquait que Pierre hésitait. Elle se rendit compte que les Fowler se souciaient toujours de Jeanne. Elle s'est sentie chanceuse que si elle n'avait pas pris des mesures plus tôt, sa position dans la famille Fowler aurait été en danger.

"Bien ! Sortez ! Et ne revenez jamais ! Moi, Jacques Fowler, je vous renie comme ma fille !" beugla Jacques, sa colère montant. Il ne pouvait pas croire que Jeanne ait osé le menacer et rompre les liens avec la famille Fowler.

Jacques n'était pas du genre à se laisser effrayer par des menaces, car il avait longtemps travaillé dans le monde impitoyable des affaires et avait rencontré toutes sortes de personnes sans pitié. Il espère que Jeanne se rendra compte de son erreur, qu'elle s'excusera et qu'elle rejoindra la famille Fowler.

Après tout, Jacques pensait qu'être l'héritière légitime d'une fortune considérable était si attrayant que personne ne pouvait dire non.

"Ça suffit, Jacques !" lui cria soudainement Anne.

Jacques recula, craignant la réaction de sa femme.

"S'il te plaît, va parler à Jeannie, maman," supplia Madeleine Anne, changeant sa stratégie pour battre en retraite.

"Je vais aller la voir, Jacques. Pierre, occupe-toi de Maddie", dit Anne, suivant rapidement les pas de Jeanne.

"Papa, Pierre, tout est de ma faute. Si je n'avais pas pleuré, vous n'auriez pas mal compris ce que Jeannie a dit, et les choses ne seraient pas devenues aussi graves. Je suis une perturbatrice, je devrais donc quitter la famille Fowler ..." Madeleine se mit à terre et se couvrit le visage comme si elle se sentait incroyablement coupable.

Le cœur de Pierre s'est serré quand il a vu à quel point Madeleine était bouleversée. Il lui a rapidement dit: "Ce n'est pas ta faute, Maddie. Tu as parfaitement le droit d'être triste. Nous avons fait une erreur en te mentant et en créant ce gâchis."

Chapitre 6 1

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Pas de retour en arrière