Roman PDG Méchant mais Charmant chapitre Chapitre 3

Marie s'est occupée de la cuisine pendant vingt minutes. Elle prépara une omelette japonaise au riz et des crêpes aux pommes de terre et au fromage. Ensemble, ils furent servis à table. "Petit Steve, viens manger!"

Steve jeta un coup d'œil à l'heure. Il restait encore un quart d'heure avant huit heures.

Il sauta du canapé et s'avança gracieusement. Il s'assit à la table à manger.

A l'étage, le petit James essuya la salive du coin de sa bouche et renifla: "Même si ça sent bon, ça n'aura probablement pas bon goût."

"Délicieux."

Dit Steve en prenant une bouchée de nourriture comme s'il avait entendu la voix de son frère à l'étage.

"Si c'est bon, je continuerai à cuisiner pour toi à l'avenir." Marie sourit.

"Oh, c'est vrai, tu es là si tard dans la nuit. Où est ta famille?" Demanda-t-elle.

"Tu es l'enfant de l'ami de M. Norman?" Demanda-t-elle.

Elle n'avait jamais entendu dire que M. Norman avait un enfant auparavant.

Le petit bonhomme fronça les sourcils et hocha la tête. "Oui," dit-il.

"Bien sûr".

"Je ne m'attendais pas à ce que même si ce M. Norman soit un peu laid, son cœur soit très gentil." Marie hocha légèrement la tête.

Au moins, l'enfant de son ami était à l'aise ici comme dans sa propre maison. Cela prouvait que M. Norman n'était pas aussi impitoyable que le disaient les rumeurs.

"Il n'est pas laid."

Steve prit une bouchée de riz en disant à voix basse.

A l'étage, un homme jeta un coup d'œil au petit bonhomme qui bavait à côté de lui. Ses yeux semblaient dire: "Regarde ton frère, puis regarde-toi."

L’un faisait de son mieux pour protéger sa noble apparence, et l’autre voulait que tout le monde sache qu’il était un monstre.

"Je ne veux juste pas qu'une étrangère soit ma maman," James fit la moue et dit.

William fronça légèrement les sourcils et se tourna pour partir.

En bas, il était déjà 8h10 lorsque Petit Steve finit de manger.

Il mangeait très lentement et avec précaution.

Finalement, il emballa les deux crêpes restantes dans une petite assiette et se tourna pour monter à l'étage. "Tu devrais dormir tôt."

Arrivé à la dernière marche, il tourna la tête et jeta un coup d'œil à Marie, qui se tenait toujours à la même place, et dit froidement: "Ne t'inquiète pas."

"À l'avenir, je te protégerai."

Même s’il était jeune, il était difficile de cacher son tempérament noble et fier. Quand il se retournait et parlait ainsi, ses yeux étaient autoritaires et il ne ressemblait pas à un enfant de cinq ans.

Marie resta un instant abasourdie.

Elle regardait son petit dos et ne savait pas si elle devait rire ou pleurer.

Même si elle avait du mal à s'adapter à cet environnement, elle n'avait pas besoin d'un enfant pour la protéger, n'est ce pas?

En se retournant, Marie commença à nettoyer la cuisine et la salle à manger. Une fois tout nettoyé, elle n'osa pas retourner dans la chambre terrifiante d'avant.

Finalement, la femme soupira et s'allongea sur le canapé, se couvrant d'un manteau.

Dans la chambre des enfants à l'étage.

Steve plaça les crêpes parfumées au fromage et aux pommes de terre au chevet de James.

Le petit bonhomme faisait face au mur et tournait le dos à Steve. "Je ne le mangerai pas."

"Oh."

Steve replaça l'assiette de galettes de pommes de terre sur son lit.

"..." James .

Il pinça les lèvres et commença à marmonner: "N'as-tu pas dit que nous devrions travailler ensemble et ne pas laisser une étrangère être notre maman?"

"Tu nous as trahis si vite, traître!"

Steve s'assit sur son petit lit et jeta un coup d'œil au dos de son frère. "Elle cuisine des plats délicieux."

"Même si elle cuisine des plats délicieux, elle n'est pas notre maman!"

"Je veux la mienne, ma vraie maman!" James gratta le papier peint du mur avec son petit doigt.

Sur le lit d'en face, Steve soupira. Il regarda le plafond et dit doucement: "Mais notre mère biologique est morte."

Il était plus mature que son jeune frère, donc il savait très bien que sa mère biologique ne pourrait pas revenir.

"Papa ne devrait pas rester célibataire pour le reste de sa vie."

"La femme en bas n'était pas mauvaise."

"Elle n'est pas morte."

"Maman est définitivement toujours en vie et attend que nous la retrouvions!" James serra les poings.

Steve ferma les yeux et l'ignora.

La chambre des enfants devint soudain silencieuse et le parfum du fromage flottait dans l'air.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : PDG Méchant mais Charmant