Roman PDG Méchant mais Charmant chapitre Chapitre 6

En regardant le mignon petit bébé devant elle, Marie fronça les sourcils. Cet enfant avait déjà faim?

Sans trop réfléchir, elle enfila nonchalamment un manteau et descendit cuisiner pour Steve.

Dans la foulée, la femme retroussa ses manches, révélant son bras blessé.

Assis à table, petit Steve regarda les bleus et les marques rouges sur son bras et fronça légèrement les sourcils.

Lorsque le petit déjeuner fut servi, le petit bonhomme regarda Marie avec une paire d'yeux noirs en forme de raisin.

Ses yeux étaient d’un noir foncé, sa peau était blanche et ses traits du visage étaient exquis.

Le petit bonhomme la regarda sérieusement. Il était si mignon. Marie avait l'impression que son cœur allait fondre.

Elle se pencha et essaya de rendre sa voix aussi douce que possible: "Qu'est-ce qui ne va pas, petit Steve?"

"Tu es blessée," dit le petit bonhomme en lui montrant le bras.

Sur ce, il sauta de la chaise et alla prendre la boîte à médicaments sur l'étagère.

"Pas besoin,"

"Je vais le faire moi-même", dit Marie en arrachant la boîte de médicaments.

Ce n'est qu'à ce moment-là que Steve retourna à sa chaise, mangeant tout en la regardant tranquillement.

Marie ouvrit la boîte à médicaments.

Si Steve ne l'avait pas dit, elle n'aurait pas remarqué qu'il y avait autant de bleus sur son corps.

La femme s’appliqua des médicaments tout en maudissant l’homme de la nuit dernière dans son cœur.

Elle appliqua négligemment la pommade sur son bras, et la femme lui montra ses bras comme si elle présentait un trésor.

"Et tes jambes."

Marie, "..."

Comment savait-il qu'elle avait des blessures à la jambe?

A ce moment, le téléphone sur le côté sonna.

La voix anxieuse d'Anne retentit: "Marie, tu es mariée. Il est temps pour toi de venir à Film City, n'est-ce pas?"

"Il y a beaucoup de scènes d'action aujourd'hui. Le superviseur a dit qu'il y a une actrice qui te cherche…"

"Je serais là bientôt." Marie fronça les sourcils.

Quand Marie et Raymond étaient amoureux, elle voulait éviter d'éveiller les soupçons, mais elle voulait aussi le voir tous les jours. Par conséquent, à la suggestion de Raymond, elle est allée à Film City pour devenir actrice suppléante.

Parmi les acteurs remplaçants, ce sont les remplaçants des arts martiaux qui gagnaient le plus, alors Marie est résolument devenue doublure.

En tant que seule cascadeuse féminine de la Film City, Marie était très populaire.

"Tante va travailler!"

Au moment où la femme eut fini de parler, elle se tenait déjà à l’entrée, cherchant ses chaussures.

"Tu n'es pas autorisée à y aller."

Le petit bonhomme sauta précipitamment de sa chaise et se tint devant la porte. Il ouvrit les mains comme un petit aigle.

"Tu es blessée. Tu as besoin de te reposer."

Sa voix était tendre, mais il y avait une pointe de domination et d'inquiétude.

Marie sentit une légère chaleur dans son cœur. Elle s'accroupit et frotta affectueusement la petite tête de Steve. "Cette petite blessure n'est rien pour tante."

Elle était une remplaçante des arts martiaux, et de telles blessures n'étaient rien.

"Non!"

Il serra les dents. Steve se mordit les lèvres et ouvrit ses petites mains à Marie. "Cinq minutes."

"Pars dans de cinq minutes".

"D'accord."

Elle pouvait encore se permettre d'attendre cinq minutes.

Steve poussa un long soupir de soulagement. Il sortit son téléphone et trouva la photo de profil de James et envoya un message.

A l'étage, James, qui portait le même pyjama jaune clair que Steve, poussa rapidement la porte de la salle d'étude.

"Papa, au secours!"

Les secondes et les minutes passèrent.

Marie enfila ses chaussures et sourit au petit bonhomme devant elle. "Nous nous sommes mis d'accord sur cinq minutes. Cela fait déjà quatre minutes."

"Il reste encore une minute."

Steve hocha sérieusement la tête. "Oui."

Alors qu'il ne restait plus que trente secondes sur les cinq minutes, le téléphone de Marie sonna.

"Marie, tu n'es pas obligée de venir travailler aujourd'hui."

"Film City a un jour de congé aujourd'hui!" Dit Anne avec enthousiasme.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : PDG Méchant mais Charmant