Roman Agenouillez-vous devant moi ! chapitre Chapitre 79

D’après Léon, dans cette édition de concours, outre la prime de dix millions d’euros pour le champion, la prime misée par des spectateurs pourrait être encore plus considérable. Le but de Jordan cette fois-ci était d’abord de voir quel était le niveau réel des artistes martiaux pour le moment, ensuite d’apporter cette prime de dix millions d’euros en passant.

Mariette lui a jeté un regard avec l’air perplexe, mais elle avait la flemme de lui demander.

— Comme tu veux.

De toute façon, cet homme ne s’occupait de rien après qu’il lui avait donné une bouteille avec le contenu noir. Alors elle a arrêté de l’embêter !

En ce moment, dans l’Aéroport international de la Ville J.

L’énorme fuselage de l’avion de passagers ressemblait à un aigle étendant ses ailes, glissant lentement sur la piste.

Camille portait un costume décontracté, laissant un ou deux boutons à sa chemise ouverte. Il avait une silhouette svelte, un air désinvolte, un regard indompté et un sourire léger et négligent sur le visage, tout en se montrant étincelant.

Il était non seulement le meilleur de la jeune génération de l’Association d’arts martiaux anciens, mais aussi le seul jeune monsieur de la famille des Passereau dans la Ville J ayant la qualification pour devenir membre de cette association. De plus, il avait un fond très différent de celui des dandys, avec une fierté indétrônable.

Il a été accueilli par un vieil homme aux cheveux grisonnants.

Les lignes de son visage montraient la ténacité et le raidissement. Bien qu’il soit âgé, il avait dans ses yeux l’énergie que seul un jeune homme pouvait avoir, et son caractère belliqueux était également affiché.

— Vous avez fait du bon travail, M. Camille.

— Ces anciens de l’association sont-ils devenus fous ? Me faire venir et participer à ce genre de concours misérable de lutte sur le ring ? a dit Camille d’un ton mécontent.

— D’une part, vous pouvez servir d’exemple pour les artistes martiaux du monde, afin qu’ils sachent qui est le leader du monde martial. D’autre part, c’est aussi une publicité, qui nous aidera à recruter plus d’excellents artistes martiaux sous notre bannière, a répondu le vieil homme aux cheveux grisonnants.

Camille a ricané :

— Ceux qui viendraient sur ce ring des artistes martiaux sont principalement des artistes martiaux non classés, je pense que ma participation n’a pas de signification.

Le vieil homme n’a pas clairement exprimé son attitude et a changé le sujet,

— L’hôtel que vous allez descendre a été réservé, voulez-vous y aller maintenant ou bien avez-vous d’autres arrangements ?

— Je veux d’abord rentrer chez moi pour rendre visite à mon grand-père et mes parents, tu peux transporter les bagages dans l’hôtel d’abord, a ordonné Camille.

Le vieil homme a hoché la tête en le regardant quitter sans retourner la tête. Ce premier a secrètement secoué la tête.

Tel artiste martial Étape VIII était trop arrogant, car les artistes martiaux Étape VIII étaient omniprésents dans l’Association d’arts martiaux anciens, mais Camille était le plus jeune d’entre eux. Cela montrait qu’il était très doué.

Le talent était quelque chose qui variait vraiment d’une personne à l’autre. C’était Dieu qui nous l’a donné et nous ne pouvions pas le changer.

Ce vieil homme plus de cinquante ans s’appelait André Boutin, étant également un membre de l’Association d’arts martiaux anciens. Pour le moment, il n’était qu’un artiste martial Étape VI.

La concurrence au sein de l’association était féroce et la hiérarchie était si stricte que même si on n’a eu qu’une étape de moins, on devait traiter les autres de haute étape avec respect. Alors il ne pouvait qu’exprimer son mécontentement dans son cœur.

Le soir, dans la maison des Passereau.

Sylvain a spécialement organisé un banquet pour Camille.

L’Association d’arts martiaux anciens était puissante dans tout le pays.

Comme l’un des meilleurs jeunes de l’association, Camille avait un avenir prometteur, et la famille Passereau en était fière.

Camille peut-être deviendrait une figure centrale de l’association un jour, la famille Passereau pourrait être plus prospère avec le soutien de l’association.

Par conséquent, les Passereau appréciaient bien Camille, surtout après la blague que Guillaume avait faite. Camille était sans aucun doute devenu candidat populaire pour le futur chef de famille.

Guillaume était également présent au banquet.

— J’entends dire que frère a été tombé dans le piège d’un certain type récemment, as-tu besoin de mon aide pour lui donner une leçon ?

À l’origine, on avait déjà été interdit de discuter de ce sujet dans la famille Passereau, mais à ce moment-là, Camille l’a mentionné à nouveau, ce qui a immédiatement rendu embarrassé Guillaume et ce dernier a voulu échapper ce sujet.

— Ce n’est qu’un type inconnu, je me en charge, a dit Guillaume.

— Frère, tu es le bienvenu, une fois que j’aurai gagné de ce concours de lutte sur le Ring Ombre, j’irai t’aider à donner une leçon à ce type, il s’appelle Jordan Choffard, non ? J’entends dire qu’il est le gendre de la famille Bourcier ?

C’était indéniable que Camille l’avait humilié.

Guillaume restait silencieux au visage sombre.

— Camille, puisque tu es membre de l’Association d’arts martiaux anciens, tu dois tenir compte de ton statut. Si l’on apprend que tu embêtes un inconnu, cela nuit à ta réputation. Quant à ce type, nous nous en chargeons nous-mêmes.

Sylvain riait légèrement et il s’est entremis pour alléger l’atmosphère.

— Puisque grand-père l’a dit, Camille s’en souviendra, a dit Camille.

— Camille, si tu participes à ce concours cette fois-ci, nous serons tous là pour t’encourager.

— Camille sera certainement le champion même si nous ne l’encourageons pas. Alors nous parions pour gagner de l’argent de poche.

— Grand-père, pourquoi ne viendrez-vous pas avec nous, il est rare que Camille revienne, alors sortons ensemble en famille et considérons cela comme un voyage.

Quelqu’un a suggéré.

Sylvain sortait rarement, sans parler de participer aux activités extérieures, mais aujourd’hui, Camille est revenu après trois ans, il était heureux et a dit avec hésitation :

— D’accord, je vais sortir avec vous pour l’encourager.

— Merci, grand-père, a dit Camille en souriant.

Tous les autres étaient surpris, personne d’entre eux ne s’attendaient à cette réponse confirmative.

Sylvain a eu pour but d’accorder une faveur à Camille, et les autres membres de la famille tous attachaient donc de l’importance à Camille.

Au contraire, la famille de Guillaume avait le cœur plus lourd.

Camille mangeait négligemment tout en profitant des flatteries que lui adressaient les Passereau. Après le banquet, il est rentré à l’hôtel.

Bien que l’endroit soit petit, les forces du mal ne pouvaient pas être ignorées.

Le Bourg X.H. était un petit bourg où se rencontrait les trois villes, à savoir la Ville J, la Ville F et la Ville W. En raison de sa place géographique particulière, il faisait partie des zones non réglementées, où se déroulaient la plupart des activités inconvenantes comme la conduite à toute vitesse et les jeux d’argent.

Surtout au moment où le Ring Ombre organisait son concours de lutte sur le ring annuel, c’était un endroit où les gens de tous bords se rencontreraient.

Le lendemain matin, Danielle a accueilli Jordan et Léon en voiture avec beaucoup d’enthousiasme.

Danielle et Léon ne se connaissaient pas avant, et après une brève présentation, ils ont filé vers le Bourg X.H.

— Maître, tu vas me faire participer au concours de lutte sur le ring, hein ?

Danielle a demandé avec excitation en conduisant.

Elle s’était récemment entraînée à la Boxe Sept mystérieux. Plus elle s’entraînait, plus elle a trouvé la subtilité de cette compétence, qui était sans aucun doute meilleure que celles qu’elle avait pratiquées auparavant. Elle était impatiente de l’essayer depuis longtemps.

— As-tu peur ? Hein ?

Jordan a légèrement ri.

— Je n’ai pas peur, et je ne me fais pas prier pour accepter, car c’est une chance de pratique.

Danielle a fait la moue.

— Jordan, tu veux vraiment que Mlle Danielle participe au concours de lutte sur le ring ? Elle est une fille, a dit Léon avec surprise.

Même s’il a participé le concours de lutte sur le ring le moins classé, il avait éprouvé la cruauté de ce concours. Une fois qu’il était sur le ring, personne ne faisait preuve de pitié, même s’il s’agissait d’une fille.

De plus, il n’y avait aucune règle à suivre dans ce genre de concours de lutte sur le ring et il n’était pas rare que ce concours apparaisse la mort des participants.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Agenouillez-vous devant moi !