Roman AMOUR IRRÉSISTIBLE : le secret de M. Crépin chapitre Chapitre 53

Avant le concours, les candidats sont limités dans leur liberté personnelle. Cependant, ils sont libres de choisir le lieu de conception à l’intérieur de l’hôtel.

Le hall de conception , qui s’avère être le meilleur endroit, dispose de bureaux séparés et discrets. La plupart des conceptrices choisissent d’y travailler.

Mais il était déjà tard quand Eliane s’est inscrite au concours, il n’y a donc pratiquement pas de place pour elle là-bas. De plus, elle est maintenant une figure populaire, il y aura une autre vague d’ennuis si Eliane va travailler là-bas.

En conséquence, Eliane décide finalement de travailler dans sa chambre.

C’est la suite bleue qui comprend une chambre, un salon et un cabinet de travail. Même des bureaux et des tables sont disponibles dans la pièce.

C’est vraiment un endroit spacieux et pratique pour travailler.

Après que Simon y a amené toutes les documents et les archives à consulter, les deux se mettent au travail.

Il reste peu de temps pour Eliane car elle a deux jours de retard. Alors ils s’empressent de bosser.

Quelques heures plus tard, Simon s’approche d’Eliane et lui demande avec inquiétude :

— Tu restes assise depuis longtemps, lève-toi et va faire un tour pour bouger un peu.

— Ça va pour moi...

— Il suffit de faire le tour de la pièce, tu te rassieds plus tard.

Simon reprend la parole, avec un ton quelque peu dominant.

Eliane hésite pour quelques instants. Elle a en fait un peu mal au dos après être restée longtemps assise.

Laissant son travail à côté, elle se lève. Après être restée assise pendant un long moment, elle a des vertiges dans la tête. Son corps devient instable, si bien qu’elle fait accidentellement tomber la pile des documents devant elle sur le sol.

Impuissante, Eliane se presse les tempes et puis s’accroupit pour les ramasser.

Simon est sur le côté. Il s’accroupit également pour l’aider à ramasser. Les deux mains se tendent en même temps pour ramasser une papier, et se saisissent soudainement ensemble.

Contrairement à la paume chaude de la main de Robert, celle de Simon est fraîche, comme du jade fin, légèrement froide et glissante.

En tenant la petite main d’Eliane, Simon se fige tout à coup. Et son cœur, qu’il pensait rester insensible pour toujours, ébranle férocement comme s’il était électrocuté.

Eliane, elle aussi, se fige un instant et retire précipitamment sa main.

Simon reprend ses esprits. Son beau visage semble quelque peu étrange lorsqu’il commence à parler :

— Laisse-moi les ramasser.

— Bon...

Pour éviter d’attraper maladroitement la main de son interlocuteur, Eliane ne s’attarde pas pour se lever.

Peu après, la paix revient, et les deux personnes travaillent ensemble en toute tranquillité. Mais on ne sait pas s’il s’agit de saisir la main pour lever cette petite ambiguïté, ce qui rend l’atmosphère de la pièce un peu étrange.

Robert ferme le dernier dossier. Il pose le stylo et lève les yeux vers Yvon, demandant :

— Où est Eliane ?

Semblant prêt à se voir poser cette question à tout moment, Yvon y répond sèchement :

— Mlle Saunier est dans sa chambre, où elle choisit de travailler.

Dans la chambre ?

Sa chambre est la suite bleue qu’il a spécialement choisie pour elle, suffisamment grande et pratique.

C’est juste que...

La voix de Robert est un peu plus basse :

— Elle est avec qui ?

Les yeux d’Yvon s’esquivent un peu et sa voix est rabaissée encore :

— Avec Simon.

Seulement les deux ? Un homme et une femme partagent une seule chambre !

Le front de Robert se rembrunit instantanément. Il se lève pour se diriger vers l’extérieur.

On sonne à la porte.

Eliane, qui est en train de feuilleter les documents non loin de la porte, ouvre la porte.

— M. Crépin ? dit Eliane en le regardant de manière inattendue, tu me cherches ?

— Ou, parle Robert d’un ton froid et dur, je cherche deux livres qui n’existent que dans ta chambre.

— Ah bon, alors, entre.

Eliane n’y prête pas beaucoup d’attention et s’empresse de s’écarter pour laisser entrer Robert.

Robert entre et voit les piles de papiers partout dans le salon, ainsi que Simon qui l’embête.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : AMOUR IRRÉSISTIBLE : le secret de M. Crépin