Roman Des années chapitre Chapitre 4

Le petit frère de Clément, Carey se précipite vers Clément, « Clément, tu es fou? Il est ton père, pourquoi tu est trop cruel envers ton père ? »

La seconde suivante, Carey est directement pressé par les deux gardes du corps, et est également bloqué la bouche.

Clément se lève, marche lentement vers Carey avec les yeux froids, « tu te bats pour Maman? Alors, partage le sentiment quand tu l'as baisé, c'est cool?

Cependant, je ne pensais vraiment pas que tu es trop petit, Brian aussi, vous ne pouviez pas toute l'ouvrir. je viens d'essayer, vous l'avez utilisée pendant deux ans, mais elle est toujours serrée comme avant. »

« Clément, tu ... tu.............. » Cholé tombe sur le tapis avec des jambes douces, elle ne supporte vraiment pas que Clément lui dise comme ça, « ils ne le font pas... non ...... »

Clément lâche Carey,marche vers Cholé et regarde en bas à partir d'une hauteur. « Ne me dis pas que tu ne ressens rien du tout, Cholé, tu es une tinette ! »

Quand Clément a dit cela, Cholé a senti que tout le monde savait qu'elle ne portait pas sa culotte pour le moment. Le sentiment de honte est devenu plus fort et son visage rougit de plus en plus.

C'est dommage avec tant de gens autour.

Clément est satisfait de la réaction de Cholé en ce moment, et ses longs doigts accrochent sa mâchoire, les yeux sont aussi doux comme avant, « tu veux à nouveau, hein ? »

« Je ... » Cholé avait l'impression que la voix de Clément la touchait, se sentant juste étouffante.

« Qu'en tu pense ? » Avec le bout de ses doigts légèrement levés, le visage de Cholé est plus proche de lui, et Clément aime particulièrement le rougissement de Cholé, ce qui signifie qu'elle l'aime.

Cholé se rend compte qu'elle perdait le contrôle, se retourne pour regarder autour de la table, tous la regarde avec dédain. Elle se mord ses lèvres.

« Monsieur... » Soudain, les gardes du corps à l'étage crient à Clément.

« Qu'est-ce qui se passe? Dites clairement. » Clément vient de lâcher Cholé.

« Ta dame est blessée et verse beaucoup de sang. »

« C'est toi? » Clément marche sur Cholé et lui demande amèrement.

« Quoi? Je ne sais rien. » Cholé interloqu. A ce moment-là, elle ne réagit qu'après être sortie du bureau, Yune n'est jamais sortie.

Traînant Cholé à l'étage, il se dirige vers ses subordonnés : « En les regardant signer l'accord, si quelqu'un ne le signe pas avant que je descende, envoyez-le en prison. »

Cholé est de retour dans le bureau, bien que, cette fois, Clément l'ait jetée dedans.

Dans le bureau, Yune allongeait dans une mare de sang en ce moment, un couteau ensanglanté jeté dans son côté : « Clément, sauve-moi, j'ai si froid, si froid ...... »

Clément se précipite comme un fou pour la prendre à son tour dans ses bras, se retourne et se précipite encore : « Prenez Cholé, et suivez-moi. »

Dans la voiture, Clement étreint étroitement Yune : « Tu n'as pas peur, je suis à vos côtés, je vais t'accompagner toujours...... »

Contrôlée par les subordonnés, Cholé s'agenouille devant eux. Elle a dit que ce n'était pas elle qui l'avait blessé, cependant, Clément n'y croyait pas.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Des années