Roman Je suis plus riche que mon ex-mari milliardaire chapitre Chapitre 159

— Bien sûr, et toi ? Tu le sais ?

Aux yeux d’Alina, Constantin ne savait pas ce qu’il faisait, que ce soit il y a trois ans ou maintenant.

Entendant ses mots, Constantin avait la mine assombrie.

Alina a continué :

— Je ne dois pas accepter cette invitation ? Tu sais ce que c’est le Show Eglinton ?

Pourquoi cet homme a-t-il pu faire cette demande si naturellement ?

Pourquoi était-il en colère contre elle ?

Il ne comprenait tout simplement pas à quel point le Show Eglinton était important pour elle.

Il ne comprenait rien !

Voyant l’esquisse sur la table, Constantin a su qu’Alina était en train de se préparer pour le show et il était accablé.

— Alina ! Tu dois savoir pourquoi Chester fait cela ! Tu tombes...

Avant que Constantin n’achève sa phrase, Alina, le visage sombre, l’a giflé.

Il y avait de l'électricité dans l'air.

Les deux restaient silencieux pendant un bon moment.

Comme Constantin l’a dit, Alina savait un peu pourquoi Chester a fait ça.

Ils se regardaient froidement.

Constantin a serré les dents :

— N’accepte pas l’invitation !

Alina était irritée de nouveau. Elle a levé la main, voulant lui donner une autre gifle, mais Constantin lui a attrapé la main.

— Alina, n’oublie pas qui tu es !

Qui elle était ? Sa femme ?

Constantin le lui a rappelé.

Alina a crié :

— Je n’ai pas besoin de cette identité !

Quelle identité ?

Ce titre ne la rendait que triste.

— Tu es ma femme, avant tout ! Ne participe pas au Show Eglinton !

— Bon, bon, mais je participerai certainement à ce concours, je jure.

L’atmosphère était tellement tendue qu’ils étaient sur le point de se battre.

Alina s’est finalement décidée.

Au début, elle a hésité à accepter la gentillesse de Chester.

Mais maintenant, puisque Constantin l’obstruait tellement, elle l’accepterait péremptoirement.

L’empêchement de cet homme lui donnerait une envie de se révolter.

— Bon, Alina, ne regrette pas ce que tu fais !

Constantin l’a lâchée, et a ajouté d’un ton féroce :

— Tu oses me désobéir, c’est parce que le VIG te soutient ?

Alina a pâli :

— Que veux-tu dire ? Tu veux faire quoi ?

VIG ?

Que voulait-il faire au VIG?

Constantin a lancé un regard méchant à Alina, ce qui l’a effrayée.

Il y a trois ans, il pouvait même lui demander d’avorter d’un ton calme. Il était un homme indifférent, elle n’a jamais douté. Mais maintenant, il avait un regard de ressentiment.

Il la haïssait ?

Il avait le droit de la haïr ?

Alina était assaillie par mille pensées.

— Constantin, arrête là ! a-t-elle crié d’une voix tremblante.

— C’est toi qui me forces, a répondu Constantin d’un ton triste.

Il ressemblait à une victime, comme s’il faisait tout pour la garder.

Elle le forçait ? Tout était sa faute ?

Alina le trouvait ridicule.

Quel homme arrogant !

Elle détestait, injuriait, maudissait sans cesse cet homme dans son cœur...

Le soir, Alina a passé un coup de fil à Andre, mais c’était Wyatt qui lui a répondu. Selon lui, Andre était très occupé à ce moment-là.

Alina savait clairement c’était pourquoi.

Constantin a agi sûrement.

Pourquoi il a fait tout cela ? Pour lui faire changer d’opinion ?

Alina a vu clairement le vrai visage de Constantin, qui ne tenait jamais compte des sentiments des autres. Elle était heureuse d’avoir divorcé de lui.

Pourquoi elle était tombée amoureuse de cet homme-là auparavant ? Elle ne comprenait pas.

Après avoir parlé avec Wyatt, Alina a téléphoné à Constantin, dont la voix est venue de l’autre bout de fil tout de suite :

— Tu as regretté ?

Pourquoi elle devait regretter ?

Alina a poussé un soupir profond :

— Que veux-tu faire, soit franc !

— Je ne veux pas que tu participes au Show Eglinton.

— Impossible.

— Penses-tu que le VIG a vraiment la capacité de me confronter ?

Alina n’a jamais rencontré un homme aussi éhonté comme lui.

Elle ne pouvait même pas comprimer sa colère.

— Constantin, tu dois savoir, nous n’avons rien à voir maintenant.

Même s’ils se sont remariés, il n’y avait pas d’amour entre eux. De plus, elle ne voulait jamais se remarier avec lui !

Entendant ses mots, Constantin a montré un air triste et a dit :

— Ce n’est pas à toi de décider.

— Je ne te comprends pas.

— Alina, tu es ma femme.

Alina restait muette. Elle ne voulait jamais être sa femme.

— Je viens te prendre ?

— Il y a quelque chose ?

— Il est l’heure de rentrer chez nous, a dit Constantin mot à mot.

Ces dernières trois années, il cherchait Alina à tout moment, mais quand il l’a retrouvée, il ne savait pas comment la persuader de rentrer chez eux.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Je suis plus riche que mon ex-mari milliardaire