Roman Ma chérie est tireuse d’élite chapitre Chapitre 647

Pendant ce temps, Joyce est entrée dans une pièce privée par le couloir du troisième étage, puis par la porte arrière de l'autre côté de la pièce privée, dans un autre couloir. Enfin, elle a emprunté le canal de livraison habituel et est descendue directement dans l'arrière-cour du premier étage.

Auparavant, elle avait étudié attentivement les dessins d'architecture de l'intérieur de Riveria Haze afin d'installer Charlotte, que Karl lui avait remis. Elle l'avait fait juste pour avoir une retraite rapide au cas où, et elle ne s'attendait pas à ce que cela lui soit vraiment utile.

Riveria Haze était si grande à l'intérieur qu'ils ne pourraient pas la trouver avant un moment.

Quand elle est arrivée dans le jardin, elle a vu la voiture de Karl garée juste là.

Elle s'est précipitée, a ouvert la porte du passager et est montée rapidement.

"Désolé, je suis en retard de quelques minutes. Que..."

Avant que Joyce ait pu terminer ses mots, Karl avait déjà appuyé sur l'accélérateur, sans même attendre que Joyce attache sa ceinture.

D'un coup sec, il a fait demi-tour et est sorti de Riveria Haze.

Son expression était extraordinairement grave, et son beau visage semblait maintenant extrêmement sérieux. Ses longs sourcils étaient profondément froncés. Ce n'était évidemment pas quelque chose que le mot urgence pouvait décrire.

Le corps de Joyce a fait un bond en avant à cause de l'inertie.

Karl étendit son bras à temps pour bloquer Joyce : "Désolé, nous n'avons pas beaucoup de temps. Dépêchez-vous et attachez votre ceinture."

Il a dit en conduisant la voiture sur la voie rapide.

Joyce a attaché sa ceinture et a senti l'humeur extraordinairement déprimée de Karl, alors elle s'est empressée d'exprimer son inquiétude : "Qu'est-ce qui ne va pas ?"

"Joyce, quelque chose d'important s'est produit. A l'instant, le centre d'analyse de Khebury a explosé. Heureusement, c'est le week-end, sinon je n'ose pas imaginer combien de vies auraient été perdues. La nouvelle aurait déjà dû sortir. Lisez-la vous-même !"

"Quoi !" Joyce a ouvert précipitamment son téléphone et a cliqué sur une application de nouvelles.

Bien sûr, les gros titres avaient été consacrés à l'explosion.

"Le centre médico-légal de Creekbay a explosé à 12 heures avec des victimes inconnues."

En règle générale, moins ils utilisaient de mots, plus la situation devait être grave.

"Bon sang, je le sous-estime." Karl s'est mordu la lèvre inférieure, "Il se trouve que j'avais des affaires à régler aujourd'hui et j'ai envoyé Victor chercher les résultats. Je ne m'attendais pas à quelque chose comme ça."

"Victor ? ! Et où est-il ?" Joyce est décontenancée et tourne la tête pour fixer Karl. Les battements de son cœur s'accélèrent alors qu'elle réalise soudain que toute cette histoire est passée à un autre niveau.

Karl soupire lourdement : "Nous ne savons toujours pas s'il est vivant !"

Joyce était stupéfaite et à ce moment-là, il a brusquement tourné le volant et s'est dirigé vers une autre bretelle d'autoroute.

Il poursuivit : "Nous n'emprunterons pas les routes principales cette fois-ci afin de ne pas révéler notre position. Je crains que Ricky n'essaie de te faire du mal. Peut-être que quelqu'un t'attendait déjà à Riveria Haze, ou peut-être que quelqu'un serait envoyé pour t'assassiner. C'est pourquoi j'étais si pressé de venir te chercher après avoir appris l'explosion."

"Après tout, vous êtes dans la lumière et eux dans l'obscurité." Il a accéléré une fois de plus.

Joyce a eu quelques difficultés à digérer ce qu'elle a entendu.

"Tu veux dire que Ricky est derrière tout ça ? !"

Elle avait du mal à croire que Ricky pouvait être aussi impitoyable. Après tout, il était dans l'armée, alors comment pouvait-il faire quelque chose d'aussi imprudent ? Il devait connaître les conséquences de l'explosion. Ce n'était rien de moins qu'une attaque terroriste.

"Il n'y a personne d'autre que lui." Karl a affirmé : "Il a dû apprendre notre achat de l'arme AWM par des canaux spéciaux. Je ne m'attendais pas à ce qu'il ose faire exploser le laboratoire pour détruire les preuves de son crime. Le personnel du laboratoire a dû être tué, et l'arme AWM a dû être détruite. Nous ne pouvons pas joindre Victor maintenant, mais je pense..."

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Ma chérie est tireuse d’élite