Roman Ma chérie est tireuse d’élite chapitre Chapitre 658

Rapidement, Franklin a pris le téléphone.

Joyce a activé le haut-parleur.

Avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, la voix anxieuse de Franklin est apparue de l'autre côté du téléphone : "Capitaine, j'ai essayé de vous contacter. Notre système de localisation a également été compromis. Heureusement, vous nous avez envoyé l'emplacement et le SWAT est en route pour sauver Victor. Nous voulions vous localiser à nouveau, mais le système de localisation a été soudainement interrompu. Le département technique essaie maintenant de le réparer."

"Compris, ce n'est pas une surprise. Je me dirige maintenant de la 7e à la 8e Avenue, mais je ne peux pas garantir que nous ne changerons pas de direction. Vous devriez suivre ma position dès que le système de localisation sera rétabli. En plus de mon téléphone, vous devriez également suivre le téléphone de Joyce." Karl a donné ses instructions calmement.

"Capitaine, vous devez être prudent. A quoi avons-nous affaire en fait ? Ses capacités ont été bien au-delà de mes espérances." Franklin a dit avec inquiétude.

"Trop tard pour expliquer. Raccrochez d'abord." Karl était impatient de couper l'appel.

"Attendez, capitaine, j'ai de bonnes nouvelles. Le SWAT a trouvé Victor et l'emmène à l'hôpital." Franklin a dit avec enthousiasme.

"Super." Karl a fait un clin d'oeil à Joyce, lui faisant signe de raccrocher le téléphone.

Joyce a raccroché le téléphone en vitesse.

"Pour le bien de notre sécurité, nous devrions garder l'appel court. Notre système de suivi au département de la police a été détruit, et ce doit être Ricky. Mais il est possible que Ricky ait son propre système de traçage et qu'il puisse nous traquer à son tour." Karl a expliqué.

"Hmm. Je comprends." Joyce a terminé l'appel et a remis le téléphone dans la poche de Karl.

Cette fois, cependant, quand elle a passé la main dans ses vêtements, elle a senti un liquide humide et collant.

C'était étrange. Qu'est-ce que cela peut être ?

Lorsqu'elle lève les yeux vers Karl, elle constate que son visage est plus pâle qu'auparavant, que ses lèvres fines et anguleuses tremblent doucement et que des perles de sueur coulent sur son front. Il n'avait pas l'air bien, comme s'il souffrait beaucoup.

Surprise, elle retire précipitamment sa main et regarde vers le bas. Elle était stupéfaite.

Un rouge vif et choquant.

Il s'avérait que ce qu'elle venait de toucher était le sang de Karl, et il saignait !

"Qu'est-ce qu'il y a ? Tu saignes ? !" Sa voix était instantanément rauque et tendue.

"On t'a tiré dessus ? Où t'es-tu fait tirer dessus ?"

On aurait dit qu'elle pleurait déjà. Ses mains continuaient à tâtonner prudemment sur sa poitrine. Finalement, dans le côté gauche de son abdomen, elle a touché le sang collant à nouveau.

"C'est bon. Ça n'a pas touché un endroit trop grave." Karl a enduré la douleur et l'a réconforté.

"Sa..." Joyce a arraché tout le satin de sa propre robe.

Elle s'est tournée sur le côté et a enroulé des couches de satin autour de la taille de Karl pour arrêter le saignement.

"Comment ça peut aller ? A l'instant, la balle a brisé le verre, pas étonnant que tu m'aies soudainement protégé. Et tu t'es fait tirer dessus ! Pourquoi tu ne me l'as pas dit. Au moins, tu devrais me laisser conduire maintenant !" Les beaux yeux de Joyce mâchouillaient des larmes et elle avait de gros remords. Elle n'avait même pas remarqué. Si quelque chose arrivait à Karl, comment pourrait-elle faire face à Juanita.

"Ricky semble rattraper son retard." Karl a entrevu les larmes dans ses yeux et son cœur s'est instantanément rempli de douleur.

Joyce a pris une profonde inspiration, mais ses mains n'ont pas cessé de bouger. Elle a enveloppé le satin fermement et s'est empressée de regarder dans le rétroviseur. Il était vrai que, non loin derrière eux, un Hummer noir fonçait à toute allure vers eux.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Ma chérie est tireuse d’élite