Roman Soyez prêt, M. Carlos chapitre Chapitre 629

Parmi les nombreux hommes qui travaillaient sous les ordres de Wesley, il y en avait un que Blair ne connaissait pas. Il semblait assez franc avec l'homme puisqu'il le taquinait avec excitation : "Chef, je me souviens que vous avez dit qu'elle était la nièce du lieutenant général Ji la dernière fois qu'elle est venue ici. Maintenant vous nous dites qu'elle est votre amie. Alors d'ici la prochaine fois, sera-t-elle votre petite amie ?"

Tout le groupe a éclaté de rire, sauf Blair et Wesley. L'un était timide, l'autre stoïque. "Oui, exactement ! Chef, nous sommes censés amener un membre de la famille ici ce soir. Et vous avez amené Blair ici ! Nous comprenons tous ce que cela signifie. Alors je suppose que vous devriez être honnête avec nous !" a fait écho un autre soldat, ajoutant à la misère de Blair.

"Chef, dans tous les cas, nous savons tous ce que Blair représente pour vous !" ont dit les soldats en chœur.

Alors que le grondement des acclamations et des exclamations s'amplifiait au fil des phrases, le visage de Blair devenait plus chaud et plus rouge de timidité. Elle faisait de son mieux pour maintenir un sourire poli sur ses lèvres mais cela devenait de plus en plus difficile. En revanche, Wesley avait gardé un visage calme tout au long de la torture, ne trahissant aucune émotion, comme s'il n'était pas le sujet de conversation des soldats.

"Arrêtez vos conneries ! Vous tous ! Allez faire ce qu'on vous a dit de faire. Si vous continuez avec ces bêtises, alors soyez prêts pour des séances d'entraînement supplémentaires ", ordonna-t-il froidement en scrutant les hommes autour de lui. "Pendant que tous les autres profitent du spectacle ! " ajouta-t-il en voyant un sourire qui ne s'était toujours pas effacé sur le visage de l'un des soldats.

Tout le groupe s'est immédiatement retourné dans un même mouvement uniforme et s'est dispersé. Alors qu'ils s'enfuyaient, Blair a entendu quelqu'un dire : "Allez les gars, courez ! Battez en retraite rapidement ! Le chef a des centaines de façons de vous torturer à mort !"

Blair a gloussé sous son souffle en les voyant s'enfuir. C'était plutôt libérateur ! Wesley a déplacé son regard vers elle. "Viens d'abord dans mon bureau."

"Oui, Colonel Li." Blair le salua en jouant puisqu'il n'y avait personne d'autre autour d'eux maintenant et qu'ils pouvaient être aussi mignons qu'ils le voulaient.

Wesley a souri, puis lui a dit d'une voix sévère, "Ton salut n'est pas bon. Il est trop en dessous des normes. Tu veux que je te forme ?" La dernière phrase était moins sévère et semblait plus maléfique qu'elle n'aurait dû !

"Oh ! Non, non... Je me dirige vers votre bureau tout de suite ! Je ne vous saluerai plus jamais !" En lâchant ces mots, Blair a pris ses jambes à son cou, courant aussi vite qu'elle le pouvait. Elle ne s'est même pas retournée. Vu la sévérité de Wesley avec ses subordonnés, elle savait pertinemment qu'il ne la laisserait pas passer le barreau si facilement. A toutes fins utiles, il lui faudrait facilement deux semaines pour apprendre à saluer. Alors, bien sûr, elle n'allait pas le laisser la former.

Sur le chemin du bureau de Wesley, Blair est tombée sur Adalson et, incapable de protester, a été conduite dans son bureau à la place.

Adalson s'est confortablement installé dans son fauteuil et lui a dit : " J'avais le pressentiment que tu serais là ce soir. Et j'avais bien raison ! Te voilà !"

Embarrassée, Blair a tenté d'expliquer : " Je ne vais pas au travail ces jours-ci. Je m'ennuie à rester à la maison toute la journée, alors je suis venue voir le spectacle de ce soir."

Et bien qu'elle n'ait pas désigné la personne qui l'avait amenée, Adalson connaissait clairement la réponse sans même la demander.

Il réfléchit un instant et dit soudain : "Tu sais quoi ? Je vais demander à quelqu'un de faire un petit changement dans les programmes. Tu vas chanter une chanson ce soir."

Blair a écarquillé les yeux en signe de choc. "Quoi ? Je... chante une chanson ? Sur scène ?"

"Oui, je le pense vraiment."

"Pas question. Oncle Adalson, je n'ai pas de prouesses en matière de chant, qu'elles soient découvertes ou non. Ils savent que je suis ta nièce et je te déshonorerais. S'il vous plaît, non !" Blair a refusé, essayant d'avoir l'air gentille mais finissant par être franche à la place.

Adalson a fait un geste de la main, lui faisant signe de se calmer. "Oh, je t'en prie ! Je me souviens que tu chantes très bien. Fais de ton mieux. Va te préparer maintenant."

Je chante très bien ? Blair était complètement sidéré. "Mon oncle, je suis un peu sourd. S'il te plaît, je ne veux pas chanter sur la scène et me ridiculiser", a-t-elle plaidé, mais en vain. Avec tous ces regards sur moi, je ne pourrai jamais chanter ! Ils vont seulement se moquer de moi", se dit-elle.

Adalson tente de la persuader patiemment : "Écoute-moi. Ce type a une tête de bois. Tu dois faire quelque chose pour le stimuler. Tu sais, tomber plus amoureux de toi, sinon il ne saurait pas à quel point tu es bon."

Ce sujet étant abordé, Blair a soupiré : "En fait, ce n'est pas nécessaire, mon oncle. Il ne m'aime pas. Je ne veux plus le forcer à m'aimer en retour. De plus, j'aime l'état dans lequel nous sommes en ce moment. Nous nous entendons paisiblement, pour le moins." Elle n'a menti sur rien. Ils vivaient ensemble en harmonie pour le moment ; elle pouvait le voir de temps en temps ; et il la traitait bien et l'emmenait s'amuser de temps en temps. Elle était satisfaite de tout cela. Elle ne se souciait plus de savoir si elle pouvait devenir sa petite amie ou non. Elle voulait un peu de paix et de tranquillité dans sa vie et elle l'avait.

Cependant, ne montrant aucun signe d'abandon, Adalson ignore son désaccord et compose un numéro. Avant que la ligne ne soit branchée, il lui demande : "Quelle chanson vas-tu chanter ? Pourquoi pas la chanson que tu as chantée avec Joslyn la dernière fois. Tu t'en es bien sortie. Quel était son nom déjà ?"

Blair ne lui a pas dit le nom. "Oncle... Je ne veux pas chanter une chanson. S'il te plaît..." elle a traîné, impuissante.

Elle a compris ce que l'homme essayait de faire et ses intentions n'étaient pas si mauvaises. Mais elle ne pensait pas que ça marcherait. Elle avait eu un fiancé dans le passé, mais Wesley n'était pas affecté ou stimulé par cela. Comment pouvait-elle espérer avoir une quelconque influence sur lui juste en chantant une chanson ? Elle secoua la tête avec résignation ; elle était sûre que ça ne marcherait pas.

Dès que l'appel fut passé, Adalson sauta toutes les politesses et demanda à la personne à l'autre bout : " Ajoutez un programme supplémentaire à la fin du spectacle. L'interprète est Blair Jing..."

"Oncle Adalson !" Blair a fait une tête de pleureuse, essayant de le convaincre d'annuler. Elle ne s'attendait pas à ce que son oncle soit si autoritaire cette fois.

Après avoir mis fin à l'appel, il a réconforté la jeune fille : "Tu es folle. Je sais à quel point tu chantes bien, ce qui signifie que tu manques de confiance ou que tu es trop modeste. Tu chantes vraiment bien. C'est déjà décidé. Ok, tu peux sortir maintenant."

Blair n'a pas eu d'autre choix que d'acquiescer, soupirant de défaite.

Elle a continué à réfléchir à la chanson qu'elle allait chanter continuellement après avoir quitté le bureau d'Adalson. Même après être entrée dans la salle avec Wesley et s'être assise, sa décision n'était pas prise. Cela devenait trop tard.

Elle a donc dû demander l'avis de sa meilleure amie. "Joslyn, à l'aide ! Tu m'as entendu chanter tant de fois. Quelle chanson penses-tu que je puisse chanter ? Quelque chose de facile, quelque chose dans laquelle je ne suis pas nulle ?"

Comme d'habitude, Joslyn a répondu à son message en un clin d'œil. "Quelque chose dans lequel tu n'es pas nulle ? Bless, tu chantes toutes les chansons très bien. Mais j'aime t'entendre chanter 'The Fish'. Tu es géniale !"

Blair y a réfléchi attentivement. Elle n'était pas si confiante pour chanter "The Fish" ce soir.

Il y avait une partie au milieu de la chanson qui tombait presque deux octaves plus haut que la normale. Si elle n'arrivait pas à bien toucher ces notes, elle aurait un son terrible et toute la chanson serait gâchée !

Wesley a remarqué qu'elle avait été distraite pendant tout ce temps et n'a finalement pas pu s'en empêcher. Il a demandé à voix basse : "Tu ne veux pas voir le spectacle ?"

Sa voix soudaine l'a ramenée à la réalité. Elle secoue la tête. "Ce n'est pas ça. Je pensais juste... aux paroles de mon oncle."

"Que t'a-t-il dit ?" Wesley savait qu'Adalson l'avait emmenée dans son bureau plus tôt.

Blair a volé un regard à son visage de côté. "Eh bien... as-tu lu la liste des programmes ?"

"Nope. Ce n'est pas moi qui ai organisé le programme donc ce ne sont pas mes affaires."

"Oh..." Blair a décidé de ne pas lui parler de sa performance plus tard. Elle n'avait aucune idée de la façon dont il allait réagir.

Elle lui a assuré qu'elle allait bien et a commencé à se concentrer sur le spectacle sur scène.

La plupart des artistes de ce soir avaient été engagés par l'une ou l'autre des compagnies de divertissement de la ville. Les performances étaient colorées et intéressantes et de nombreux types : dialogue croisé, sketch, danse, chant, spectacle de magie, tout y était. C'était aussi merveilleux qu'un gala du festival du printemps.

Le téléphone de Wesley a sonné plusieurs fois pendant le programme. Il l'a sorti et a rejeté l'appel à chaque fois. Finalement, il a commencé à envoyer un texto à quelqu'un.

C'était bientôt le tour de Blair. Nerveuse, elle sentait que ses mains étaient en train de transpirer. Elle n'avait jamais chanté devant autant de personnes, la plupart du temps dans des bars et des soirées karaoké, et en plus, Wesley faisait partie du public ce soir.

Elle a pris une profonde inspiration et s'est levée de son siège. Elle lui chuchota, décidant toujours de ne pas lui raconter toute l'histoire, "Je dois sortir une minute. Je reviens dans une minute."

Wesley a d'abord voulu la raccompagner. Mais en la voyant tenir son téléphone à la main, il a supposé qu'elle allait passer un appel. Elle aimait parler à Joslyn. Et puis, c'était une base militaire et on y était en sécurité. Il se contenta donc de hocher la tête et de la regarder partir, inconscient du spectacle auquel il allait assister.

Dès qu'elle a atteint la porte, Blair a reçu l'appel d'Adalson. "Allez à l'arrière-scène et préparez-vous. Je me suis arrangé pour que quelqu'un là-bas t'aide. Dépêche-toi."

"Ok", a-t-elle dit rapidement et a raccroché. Elle était trop nerveuse pour parler.

Blair a demandé à un soldat qui gardait la porte de lui montrer le chemin vers l'arrière-scène. Il lui a simplement indiqué le bon chemin et n'a pas quitté son poste. Quand elle y est arrivée, un employé l'attendait effectivement. L'employé a demandé à Blair si elle avait besoin de se changer. En réponse, elle s'est regardée - elle était habillée d'une veste rose, longue et fine. "Pas besoin. Un petit peu de rouge à lèvres suffira."

Elle n'était pas l'héroïne du spectacle du soir, et elle ne voulait pas attirer trop d'attention. Tant qu'elle n'avait pas l'air terrible, son apparence lui convenait.

Wesley était toujours occupé à envoyer des textos à Megan. La fille n'arrêtait pas de lui envoyer des messages et ne le laissait pas tranquille. Par conséquent, il n'a pas entendu ce que l'annonceur a dit. Mais pour une raison quelconque, tout le public a soudainement éclaté dans un grondement d'exclamations et a commencé une grande série d'applaudissements tout d'un coup.

Quelques soldats qui étaient assis près de lui ont même légèrement appelé son nom, et il pouvait sentir que leurs regards s'étaient posés sur lui.

Alors que Wesley était encore en train de gérer sa confusion, une voix douce est venue de la scène. "Je suis une petite gerbe volant d'une vague déferlante ; tu es le feu d'artifice qui s'épanouit dans la Voie lactée. Ta lumière brille dans mon cœur et je suis sur le point de m'évaporer..."

L'atmosphère du spectacle du soir a atteint son apogée. Des milliers de spectateurs ont éclaté en un tonnerre d'applaudissements avant même la fin du premier paragraphe. Certains d'entre eux ont même applaudi et sifflé.

La lumière n'avait pas encore brillé sur l'interprète. Mais il était clair que c'était la voix de quelqu'un qui honorait le micro. Wesley a jeté un coup d'oeil au siège vide à côté de lui. C'est elle aussi l'interprète ?

La voix a continué à chanter, "Mes yeux poursuivent ta lumière dans la nuit étoilée, étoilée. Je sais que je ne me sentirai pas seule avec toi qui veille sur moi..."

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Soyez prêt, M. Carlos