Roman DANS CETTE VIE, COMME DANS L'AUTRE chapitre Chapitre 85

- Tout se passe bien Bastien ? Où est Nicolas?

- Monsieur est en bas avec les invités qui commencent à arriver.

*Il doit sûrement avoir la boule en bas !*

Malia rit intérieurement en imaginant Nicolas faire la conversation avec d'autres gens.

*Heureusement que ce sont les gens du monde des affaires.*

Sinon, Nicolas ne serait pas si patient, ça fait déjà 30 minutes qu'il est descendu et n'est plus remonté.

*Il doit surement s'ennuyer malgré, je ferais mieux de descendre.*

- Il y'a eu un petit problème avec la logistique.

Ajoute Bastien légèrement hésitant.

Malia qui lui parlait depuis tout à l'heure sans lever les yeux, lève brusquement la tête avec un air interrogatoire :

- Les deux principaux techniciens sont tombés malades et ne pourront pas venir, mais..

- On ne peut pas se passer d'eux?

Elle passe sa montre à son poignet et essaie de l'attacher.

- Euh, peut être, même si les autres techniciens ne pourront pas faire leur travail, ils s...

- Depuis quand tu le sais?

- Je viens de les appeler parce que je voyais qu'ils avaient déjà cinq minutes de retard et ce sont leurs femmes qui ont répondu, ils o..

- Ils ont quoi au juste?

- Un rhume, ils...

- Ils sont parents?

- Non, c'est justement c...

- Mari et femme?

C'est pour la cinquième fois que Malia le coupa et ça l'irrite un peu alors il s'exclame agacé :

- Tu vas arrêter de me couper et me laisser finir ?

-...

Stupéfaite, Malia qui n'arrivait toujours pas attacher sa montre, lève ses yeux durs vers Bastien.

-...

Ce regard, Bastien le connait trop bien, alors il s'approche d'elle avec un sourire flatteur :

- Je suis désolé.

Il prend la montre, Malia le regarde toujours froidement mais ne le repousse pas, elle le laisse prendre son poignet pour attacher la montre :

- Je veux dire, si tu me laisse finir, ce ne sera plus nécessaire de poser autant de question.

-...

- Comme je disais, il ne pourront pas venir, ils ont attrapé un rhume mais, ils ont envoyés des remplaçants pour faire la maintenance, je voulais avoir ton autorisation ou savoir si je devrais enquêter sur eux avant de les faire entrer.

*Il vient de me parler comme à un enfant là?*

Les yeux plissés, Malia le regarde longuement :

- Il reste 30 minutes avant le début de la soirée, tu n'auras pas le temps pour une enquête, aussi brève soit-elle, j'ai besoin de toi ici.

Bastien soupire comme s'il se soulageait et ne répond pas.

- Pourquoi tu veux enquêter sur eux, tu n'as pas confiance ?

- D'après toi?

Comme si Malia comprenait les pensées de Bastien :

- Tu as raison, ils ne sont pas si proches mais ils ne sont pa venus pour la même raison et au même moment, et ont tous deux envoyé des remplaçants, ne...

Malia fait une pause et inspire :

- Ne les laisse surtout pas entrer.

- Bien madame.

- Tu sembles rassuré, as-tu un plan B pour gérer leurs tâches ?

- Tu peux entrer!

Dit Bastien après un sourire en se tournant vers la porte. Puis Malia vit un jeune homme frêle entrer en poussant un chariot.

Il porte un simple pantalon noir et une chemise blanche, ses cheveux ramassés en queue de cheval et...

*Il sourit un peu trop.*

- Qui est-ce ?

- Je te prés..

- Patrick Barnet pour vous servir madame.

Une main derrière son dos, l'autre sur son abdomen, il se pencha légèrement et la salue respectueusement.

- Laissez-moi vous dire que vous êtes d'une beauté à couper le souffle.

-...

- Vous êtes magnifique dans cette robe, quel charme envoûtant, quel honneur vous me faites en me laissant vous servir.

Les sourcils haussés, Malia regarde Bastien pour avoir une explication :

- C'est Patrick Barnet, un idiot mais un surdoué en tout ce qui touche l'informatique, il saura comment gérer.

- Ah mec, pourquoi il a fallu que tu ajoutes idiot à mon CV, je voulais faire bonne impression.

*Bastien est toujours sérieux, je me demande comment il a pu rencontrer ce flatteur ?*

Malia sourit intérieurement mais dit avec sérieux :

- Tu peux faire le travail depuis ici?

- Tant qu'il y'a mes petits bijoux avec moi (il enlève le tissu sur le chariot et laisse découvrir un ensemble de gadgets électroniques), tous les endroits sont le paradis pour moi.

- Alors tu peux rester ici.

- Tu es sûre de le laisser dans ta chambre?

Bastien croisa les bras et regarde Patrick.

- Si tu as pu l'ammener ici, c'est parce que tu lui fais confiance et moi je te fais confiance.

Quelle parole flatteuse pour Bastien qui sentit un grand sourire se dessiner sur son visage.

- En plus, ce n'est pas ma chambre, ou du moins elle l'est juste pour la soirée, alors il peut rester ici et faire ce qu'il veut.

- Génial!

S'exclame Patrick.

Maintenant que Malia le voit sauter sur le lit pour se laisser tomber, elle comprend la phrase de Bastien

*Tu es sûre de le laisser dans ta chambre?*

*Il agit comme un gamin.*

Dès qu'il sortit son paquet de chips, Malia cligne des yeux plusieurs fois et part sans demander son reste.

Elle longe un long couloir, pour arriver en bas. Elle marchait tranquillement quand son coeur fait bond dans sa poitrine.

S'arrêtant en touchant sa poitrine, les sourcils froncés, elle continue son chemin.

...

Impressionnée, Malia apprécie déjà le petit génie de Bastien, avant qu'Henry déclare la soirée "ouverte", tout est déjà prêt.

Henry prononce le discours d'ouverture après avoir souhaité la bienvenue à l'assistance :

...

-..., Cette fusion a été d'abord l'idée de ma fille et aujourd'hui, c'est la concrétisation de cette idée que nous sommes venus célébrer à ce banquet...

Après la fusion, Henry et Malia se sont entendus pour garder le nom de "DEISGN ENTERPRISE".

...

- Je vous demande d'applaudir chaudement, Malia!

Sous le tonnerre d'applaudissements d'une centaine de gens, tous des hommes et femmes d'affaires importants, quelques amis et la famille, Nicolas posa les yeux sur la magnifique silhouette mince qui vient de faire son apparition dans l'entrée.

Souriant à sa femme dans son costume finement taillé, noir, Nicolas s'approche d'un pas élégant, il lui propose sa main une fois arrivé à sa hauteur, pour la conduire près de la scène :

- Tu es magnifique lass.

- Merci, toi aussi tu es très élégant.

- Tout le monde t'attend, va les charmer ma sauvage.

Il murmura tendrement ses mots à son oreille et dépose un baiser aussi chaud que doux sur sa joue rosée.

Fièrement et la tête haute, elle monta sur la scène, et tout le monde se sentit obligé de faire silence pour admirer cette femme.

Quel caractère?

Quelle beauté?

Quel charisme?

Elle brille aux yeux de son public. Les yeux fixés sur son mari, ensuite sa famille puis retourne sur mari, Malia commence à faire son discours.

Contrairement à la fille qu'on connaissait avant l'accident, celle là au lieu d'être timide, s'impose et émerveille tout le monde.

Au bout d'un moment, elle balaie tout le monde dans la salle et sourit légèrement :

-..., Et je ne pourrais finir sans montrer à tous ceux qui m'ont soutenu pour accomplir ce que j'ai accompli jusqu'ici, ma reconnaissance.

- Merci à ma famille (elle regarde sa mère et Ana puis son père et Noah), mes amis (elle regarde Stella lui faire un grand sourire à côté de Bastien et Ken) aux collègues et à mon mari Nicolas, qui m'a donné un soutien inconditionnel.

Elle longe la main vers ce dernier qui n'hésite pas à la rejoindre sur scène et passer une main sur sa taille :

- Cet homme a été plus qu'un mari, il a été mon ami avant tout, mon conseiller, un confident et surtout une épaule pour toutes les circonstances, je suis fière de l'avoir pour époux. Merci à toi(elle chuchote à la fin)

Tout le monde applaudit, s'exclame quand il voit soudainement Nicolas embrasser Malia sur la scène.

- Bravo!!

- Bravo!!

Là, elle n'a pas eu d'autre choix que de rougir sous les yeux coquins de l'assistance.

Le discours fini, le slow qui se fait entendre après, invite tout le monde sur la piste, mais ils laissent Malia et Nicolas danser d'abord quelques minutes, ensuite ils rejoignent la piste.

- Ma charmante épouse me ferait-elle l'honneur de m'accorder cette danse?

- Mon cher époux est tellement flatteur, comment refuser.

- Oh mais il s'agit d'une beauté qui m'extasie chaque seconde, d'une pureté et douceur assez rare qui me fait perdre la tête, d'une femme merveilleuse qui m'envoûte telle une déesse, c'est moi qui ai le privilège de te flatter et de danser avec toi.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : DANS CETTE VIE, COMME DANS L'AUTRE