Roman Le contrat du milliardaire chapitre Chapitre 12

- Mais maman, je veux aller avec toi. L'enfant de 5ans à pleurer à sa mère. Mes petites mains étaient sur son poignet en essayant de le tiré en arrière vers moi. Ses cheveux sont tombés autour de son visage alors qu'elle glissais sur ses genoux devant moi. Ses yeux verts ont regardé dans les miens et j'ai essayé de ne pas pleurer. Il faisait nuit et j'étais fatiguée, je voulais plus que tout aller au lit.

- Chérie, je reviendrai bientôt. J'ai juste besoin que tu restes ici jusqu'à mon retour. Elle a dit en mettant ses mains sur mes petites épaules.

- Je ne veux pas rester ici. J'ai encore pleurnicher en tenant mon ours en peluche dans une main et son bras dans l'autre. Hope soit une bonne fille et écoute maman, ma mère à dire sévèrement. Son ton doux a été remplacé par un ton plus sévères. Elle a fait ça beaucoup de fois ces derniers temps, gentille un moment et une seconde plus tard froide et grossière. Cela n'a pas toujours été dirigé contre moi, mais ces deux derniers jours c'est le cas. J'ai laissé tomber mes yeux au sol et j'ai hoché la tête doucement. J'écoutais toujours maman,

- Je veux que tu saches que je t'aime Hope. Je reviendrai bientôt. Elle s'est levée et m'a posé un baisé rapide sur mon front. En me regardant une dernière fois, elle s'est retournée et s'est éloignée en me laissant sur le pas de la porte d'une maison. Je l'ai regardée partir en serrant mon ours en peluche contre ma poitrine alors que les larmes roulaient sur mes joues potelée. Même si je n'avais que 5ans, je savais qu'elle ne reviendra pas. Je l'ai regardé s'éloigner jusqu'à ce que je ne pouvais plus là percevoir. Je me suis assise sur les marches et j'ai regardé dans la direction où elle était allée. Des heures sont passés et bientôt le soleil à commencer à se lever. Mes larmes se sont arrêtés et on séchés sur mes joues, mes yeux tombaient de sommeil chaque minute, mais je les forçais à s'ouvrir au cas où ma mère reviendrais. Maman va revenir, j'ai pensé en m'asseyant là à attendre de voir sa grande silhouette venir au coin de la rue.

Je me suis réveillée de mon sommeil et j'ai senti des larmes rouler sur mes joues. En levant mes mains, je les ai essuyer en sentant ma douleur thoracique. Je n'avais pas rêvé de cela depuis un moment, j'avais beaucoup d'espoir quand j'étais plus jeune, mais au fil des années, il a disparue. Avec un soupir doux, je me suis affaissé dans mon lit. Attendez ? je suis dans mon lit ? Je me suis levée et j'ai regardé autour de moi. Je ne me souviens pas d'être venu ici hier soir. Je me souviens avoir regardé un film et m'être endormie sur le canapé, pas ici. Confuse, je suis sortie de mon lit et je suis sortie de ma chambre en ignorant l'apparence de mes cheveux et que je n'étais que dans mon pyjama. Étonnement, Ryan était assis dans la cuisine en buvant une tasse de café et mangeait ce qui ressemblait à des œufs. J'ai vue qu'il n'était que 7 heures du matin. Je me suis dirigée vers la machine à café avec un grand besoin de caféine. J'ai mal à la tête et j'ai mal aux yeux depuis que j'ai pleuré dans mon sommeil.

- Bonjour, la voix de Ryan disais derrière moi moi en me surprenant, j'ai presque renversé le café que je versais.

- Bonjour, j'ai répondu la gorge sec, et ma tasse de café sur mes lèvres. J'ai pris une gorgée rapidement pour mouillée ma bouche, en ayant besoin de caféine.

- Est-ce que tu as bien dormi ? J'étais vraiment surpris qu'il me parle mais ne voulant pas qu'il arrête je me suis retournée.

- Je te dois des remerciements je pense, est-ce que tu m'as mis dans mon lit hier soir ? J'ai demandé en me penchant contre le comptoir devant lui. Il a levé les yeux et j'ai vue ses yeux voyager au-dessus de ma tenue avant de revenir à mes yeux.

- Oui je l'ai fait. Je suis rentré tard et je vous ai trouvé endormie sur le canapé. J'ai pensé que tu seras plus à l'aise dans ton lit. En parlant, je n'ai pas pû m'empêcher d'aimer la façon dont sa voix sonnait. Il était assez profond mais lisse et me paraît limpide comme l'eau. Je me demande à quoi ressemble sa voix matinale ? Je me suis demandée en secouant mes pensées et je lui ai répondu.

- Merci. Mon lit était beaucoup plus confortable que le canapé. Je lui ai envoyé un sourire auquel il hocha la tête. C'est du progrès.

- J'ai engagé une assistante pour toi. Ryan a dit une minute plus tard. J'ai levé les sourcils par rapport à ce sujet. En quoi j'avais besoin d'assistante ? Il a dû voir le regard sur mon visage, elle n'est pas vraiment une assistante, elle est plus, comment vous appeler ça déjà ?! oui voilà, une personne de mode et de maquillage. Il a agité ces mains autour de son visage. J'ai sourire à ces mots.

- Elle vous aidera à choisir vos vêtements, à vous maquiller pour des occasions spéciales et plus tard elle vous aidera dans votre emploi du temps.

- Mon emploi du temps ?

- Oui, lorsque nous nous engagerons, les gens vont vouloir vous voir et vous rencontrer, vous devez être une élite social. En tant que Madame Malcolm, vous devez participer à des évènements importants et participer à certains activités. L'idée de devoir faire partie de l'élite social ne te paraît pas si bonne. Je ne voulais pas aller à des fêtes et parler à des gens riches que je ne connais pas. La simple idée m'a donnée envie de ramper dans un trou et de resté là.

- Moi aussi je dois aller à ces événements là ? Je lui ai demandé en lui faisant des yeux de chiot.

- Oui tu le feras. Et les yeux de chiot ne fonctionne pas avec moi. Il a dit en se levant et en rangeant ses assiettes.

- Très bien, j'ai dis de façon défectueuse. Quel est le nom de mon assistante ?

- Karine Anderson. Elle sera ici vers 9h, elle vous emmènera faire du shopping pour vous acheter des vêtements. Ce samedi, nous allons voir mes parents pour qu'ils puissent vous rencontrer.

- Ce n'est pas un peu trop tôt ? J'ai demandé. Je n'étais pas encore prête à rencontrer ces parents sa famille et à commencer immédiatement à leur mentir.

- Non ma mère me harcèle pour vous rencontrer, ainsi que ma sœur. Ryan a dit qu'il avait mis sa vaisselle dans le levier.

- Je pense que demain nous irons chercher une bague.

- Une bague ?

- Tu t'ai cogné la tête hier soir ou quoi ? Oui une bague de fiançailles Hope. Oh désolée il n'est que 7 heures du matin, c'est trop tôt pour autant d'information.

- C'est vrai et je le savais. J'ai dis en lui envoyant un sourire de mouton.

- Il faut que j'aille travailler. Préviens moi quand Karine sera là. J'ai hoché la tête puis il est parti. Je me suis posée tranquillement en essayant d'assimiler tout ce qu'il vient de me dire en 5 minutes. J'ai une assistante, je reçois une bague de fiançailles demain et le samedi je dois rencontrer les parents de Ryan. Je pourrais commencer à vraiment paniquer maintenant. En plus de ça, Ryan a eu une vraie conversation avec moi.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Le contrat du milliardaire