Roman Le Retour du Roi chapitre Chapitre 68

— Canaille !

Christophe était tellement en colère qu’il a sauté de sa chaise.

Il n’avait jamais été humilié de la sorte, et ces thés étaient si chauds. Il n’a pas caché l’intention de tuer dans son seul œil.

— Vous courez un danger !

Au même moment, plusieurs tueurs se sont instantanément placés derrière Travis et ce dernier n’a pas pu partir.

Pendant ce temps, Travis les a tous ignorés.

Il a fixé Christophe d’un visage sans expression et ricané :

— Une fois, j’ai demandé à Corbin Giraud d’apporter un message. Si cette femme ose envoyer plus de gens pour me harceler. Elle va ramener des cadavres. Vous ne l’ignorez pas, n’est-ce pas ? Ou vous êtes juste fatigué de vivre ?

Christophe a serré les dents et a dit :

— Vous devriez la remercier. Elle m’a permis de vous ramener en vie. Alors vous devriez vous sentir chanceux que je ne vous tue pas aujourd’hui. Quand j’en aurai fini avec Heaverpool, vous feriez mieux de venir avec moi. Sinon... Vous ne pouvez pas mourir parce qu’elle attend toujours votre moelle. Mais qu’en est-il des personnes qui vous entourent ? M. Travis, votre femme est magnifique.

— Comment osez-vous ?

Travis a froncé les sourcils. En un instant, il a attrapé le cou de Christophe.

Il était si rapide que Christophe et ces tueurs n’ont pas eu le temps de faire quoi que ce soit.

Travis a attrapé Christophe d’une main et l’a poussé vers les buissons au loin.

Christophe a crié.

Au même moment, de ce buisson, on a entendu un cri. Un homme s’est enfui, terrorisé, et s’est caché derrière un grand arbre.

Puis, il a pointé son pistolet sur Travis.

L’intention de tuer que Travis avait sentie plus tôt ne venait pas de Christophe, mais de ce tueur qui se cachait dans la brousse.

Travis était presque certain qu’il s’agissait d’un très bon tueur.

Il allait se débarrasser une fois pour toutes de ces gens, mais soudain, il a entendu des acclamations enthousiastes venant du pied de la montagne, et d’innombrables personnes couraient dans tous les sens.

Il s’est retourné, craignant pour la sécurité de Chloé, et est descendu rapidement la colline.

— Tire-lui dessus maintenant ! Élie, qu’est-ce que tu attends ?

Christophe s’est mis en colère et a beuglé.

Travis a dit froidement :

— Je vous promets que quand vous tirerez, celui qui mourra, ce sera vous.

Il parlait au tireur qui ne s’est pas manifesté.

Ces mots froids et ce dos confiant ont fait qu’Élie, qui était caché derrière un grand arbre, a senti que sa gâchette était très lourde.

Finalement, il a regardé Travis courir vers le bas de la montagne.

Il a laissé échapper un souffle de soulagement.

La pression énorme qu’il avait ressentie s’était finalement dissipée.

Il avait l’impression d’être mort pour une fois.

Comment cela pouvait-il être possible ? Comment pouvait-il y avoir une personne aussi terrifiante dans le monde ?

Il avait tué un nombre incalculable de personnes, et il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait lui faire ressentir cette peur avant aujourd’hui.

Maintenant, avec l’ajout de Travis, cela fait deux.

— J’ai pris l’argent. Ne t’inquiète pas, il ne peut pas s’échapper.

Dans les yeux d’Élie, il y avait une détermination digne d’un loup.

Le tireur était juste une identité qu’il utilisait pour se déguiser.

S’il pouvait utiliser sa cascade meurtrière, il pensait que Travis serait un homme mort maintenant.

...

— Baudouin a été attrapé !

— Donc il n’a pas sauté dans la rivière. Il a trompé tout le monde et s’est caché dans les montagnes.

— Viens vite ici. C’est Nathan qui l’a attrapé !

— Un héros !

— Merci !

— Nous sommes si chanceux de vous avoir à Heaverpool !

La foule excitée a crié et sauté, suivant Nathan.

Nathan avait l’air très content de lui, et dans ses mains se trouvait un homme faible couvert de sang.

Ce n’était autre que l’homme recherché sans vergogne, Baudouin, comme l’a écrit le journal.

Personne ne s’attendait à ce que Nathan le rattrape en si peu de temps. Même Travis n’a pas pu s’empêcher de faire un signe de tête approbateur.

Au son de quelques sirènes, plusieurs policiers lourdement armés sont arrivés pour emmener Baudouin.

Avant qu’ils ne partent, l’un des officiers a tapé sur l’épaule de Nathan et lui a dit de se rendre au poste pour récupérer sa prime lorsqu’il aurait le temps.

Au même moment, ils ont invité Nathan à leur donner quelques leçons de combat au commissariat.

— Nathan, même la police t’a invité. Maintenant, tu es vraiment devenu une grande star ! Félicitations !

Xavier semblait encore plus excité que Nathan.

Nathan s’est tapoté la poitrine et a dit :

— La gloire et la fortune ne signifient rien pour moi. Je veux juste aider les gens.

Soudain, il a vu Travis, qui se dirigeait vers eux, et a éclaté de rire.

— Je ne pensais pas que tu oserais revenir. Alors ? Tu es convaincu maintenant ? Si tu en es convaincu, tu devrais quitter Mlle Chloé. Tu n’es pas du tout digne d’elle.

Il sous-entendait qu’il lui-même seul pouvait être digne de Chloé.

Xavier s’est empressé de dire :

— Chloé, qu’en penses-tu ? Écoute-moi. Laisse cet homme.

À l’origine, Chloé appréciait quelque peu le comportement de Nathan, mais lorsqu’elle a entendu cela, elle était très en colère.

— Vous n’avez pas à vous occuper de mes affaires. Maman, tu devrais y retourner en premier. Je vais faire le tour avec Travis.

Elle s’est faufilée hors de la foule, a pris la main de Travis, et a sauté dans un taxi.

— Nathan, ne te décourage pas. C’est une femme, naturellement elle est plus timide. Va, rentre à la maison avec moi. Attendons à la maison. Tante Mila, monte dans la voiture.

Mila était très inquiète. Elle a jeté un coup d’œil dans la direction où Chloé et Travis sont partis et n’a pu qu’entrer dans la voiture de Xavier en premier.

À Heaverpool, il y avait l’Alliance Heaverpool, et la présence d’hommes courageux comme Nathan, donc on ne tomberait pas sur des méchants. Grâce à cela, elle n’était pas trop inquiète pour la sécurité de Chloé et Travis.

Elle n’était pas rentrée chez elle depuis cinq ans, et maintenant son père lui manquait vraiment.

Dans la voiture, Chloé a demandé avec désinvolture :

— Maintenant, dis-moi, pourquoi as-tu couru à droite de la montagne ? Serait-ce parce que tu as vraiment peur ?

Elle était toujours un peu dérangée par cela après tout. Son homme s’était en fait enfui à un moment critique.

Travis a dit :

— J’avais peur que tu sois en colère.

— Pourquoi suis-je en colère ?

Chloé n’a pas compris.

Travis a fait semblant d’être contrarié :

— As-tu dit que tu détestes le plus les combats ? J’ai donc décidé qu’à l’avenir, j’écouterai ma femme et serai un homme bon.

Chloé n’a pas pu s’empêcher de jurer un peu.

— Tu es un lâche, et c’est ma faute ? Eh bien. Je pense que Nathan est vraiment un bon gars. Il est comme tout jeune homme devrait être.

Travis savait qu’elle essayait délibérément de l’irriter, mais il ne pouvait s’empêcher de se sentir aigri malgré tout.

— On y retourne ! Je vais lui donner une leçon maintenant.

— C’est assez !

Chloé a rayonné :

— Je plaisante ! Nous ne revenons pas souvent, alors notre temps est plutôt précieux !

C’était trop rare de la voir rayonnante, et Travis était très heureux.

À cette époque, face à sa belle épouse, Nathan, Christophe et ce mystérieux Élie n’avaient plus d’importance pour lui.

Pour l’instant, rien ne serait important.

— Cette soupe est si bonne. C’est tellement authentique. Ça fait longtemps que je n’en ai pas mangé.

— Je veux ce tofu. Avec plus de chili.

— Je veux le poisson aussi !

Travis était étonné.

— Chérie, tu ne peux plus manger. Il est presque midi, tout le monde doit attendre. Tu es sûre que tu veux toujours être dehors ?

Chloé s’est essuyé la bouche, a réfléchi un instant, et semblé s’être enfin décidée.

Elle était comme un étudiant qui a du mal à entrer dans la salle d’examen.

— Suis-moi !

Elle a tiré Travis et est arrivée dans un centre commercial très fréquenté.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Le Retour du Roi