Roman Le contrat du milliardaire chapitre Chapitre 6

Je me suis baladé dans la maison de Ryan toute la matinée. Je n’ai jamais été dans un endroit aussi grand et agréable, il y avait deux étages, 4 ou 5 chambres, sans compté la chambre principale avec autant de salles de bains, une immense buanderie, une salle de sport, un bureau, une immense cuisine et une bibliothèque, ma pièce préféré. Les murs étaient remplis de tous les livres que vous pouviez penser et même plus, je savais que je passerai beaucoup de temps dans cette pièce. Comme je l’avais prédire, il y avait une immense piscine avec un bain à remous. La cour arrière était vraiment incroyable avec un sentier tissé presque comme un labyrinthe avec toutes sortes de fleurs et de plantes. La clôture était une sélection de type bungalow avec un banc et une table confortable. C’était l’endroit idéal pour lire ou simplement réfléchir. Même si la maison criait le célibat, elle a une petite touche féminine. La maison à l’ère vide, comme Ryan n’est souvent pas là. Pourquoi avoir une belle maison si vous n’y habitez pas ? Je suis retourné à l’intérieur pour commencer à déballer mes affaires et pour trouver une chambre que je voulais. Dieu sait qu’il y en a beaucoup et je dois fais choix. Après avoir regardé deux chambres plutôt petites et qui ne m’ont pas plu, je suis entré dans une autre qui était la troisième dans le couloir. Dès que j’ai franchi le seuil de la porte, j’ai su que je voulais cette chambre. Un lit deux places était assise au milieu de la pièce avec des draps de couleur bleu profond, d’un côté il y avait une table de nuit avec une jolie lampes, de l’autre côté du lit il y avait un ensemble de fenêtre et de porte qui menait à l’extérieur vers la piscine, en face du lit à droite se trouvait une arche qui conduisait à un grand placards intégré et juste en face du lit se trouve une autre arche menant à une immense salle de bain avec une baignoire et une douche à l’italienne. Le comptoir était en marbre foncé et l’armoire en marron foncé. La chambre était plus grande que mon ancien appartement. J’étais contente d’avoir une portes qui menais vers l’extérieur pour pouvoir sortit et éviter Ryan. Je me tenais au milieu de la pièce en prenais tout cela comme un rêve et un petit sourire est apparus sur mon visage. J’ai peut-être signé un pacte avec le diable, mais au moins je vais vivre dans un endroit agréable et en tirer de l’argent.

L’alarme sur la table de chevet a montré qu’il était 11 heures, alors j’ai choisi de déballer mes affaires, ça ne me prendra pas beaucoup de temps de toute façon. En redescendant je suis allé au salon où se trouvait mes 5 boîtes. Je savais qu’il allait me falloir un peu de temps avant que ne m’habitue à être dans un endroit aussi grand et à ne pas me perdre. Il y avait deux couloirs séparés, l’un menant aux pièces de l’étage inférieur et l’autre à la buanderie et à la cuisine. Il y avait un escalier en colimaçon qui mène à l’étage où se trouve la chambre de Ryan et la bibliothèque. En soupirant, j’ai ramassé une boîte et je suis retourné dans ma nouvelle chambre. Environ une heure plus tard, je me suis tenu là en jetant un coup d’œil à la pièce, les mains sur les hanches. Tous mes vêtements ont été rangés, ce qui n’a même pas pris la moitié du placard, les quelques choses que j’avais, je les ai placé à travers la chambre avec la seule photo que j’avais de ma mère et moi, nous l’avons prise 2 semaines avant qu’elle me quitte. J’avais rangé mes affaires de bains dans les tiroirs et ma brosse à dent dans un support cool de la salle de bain. La pièce à toujours l’air nue, mais au moins elle était légèrement meilleure qu’avant. Peut-être qu’avec l’argent que Ryan a mis sur mon compte, je devrais acheter d’autres choses pour cette chambre. J’allais rester ici pendant un an, donc je peux rendre agréable la chambre dans laquelle je vais passer presque tout mon temps, de plus je sens que je serai bien ici. Le grognement de mon estomac m’a poussé à quitter la pièce et à retourner à la cuisine, j’ai été une fois de plus impressionné par la taille et l’apparence de celle-ci. Une poêle plat, des fours doubles et un joli réfrigérateur en acier inoxydable. Je parie que les armoires brunes froncé contiennent de jolie casseroles et poêles, qui n’étaient probablement pas utilisées. Une grande pièce était accroché à la cuisine avec une longue table de la salle à manger pour accueillir environs 6 personnes, peut-être plus. Ce qui était cool, c’est qu’au lieu des lumières normale d’une cuisine, Ryan avait des lumières verre rouge profond suspendu. En ouvrant le frigo, j’ai jeté un coup d’œil à son contenu en essayant de trouver quelque chose à manger. La plupart des aliments se trouvaient dans un contenant en plastique et semblait être proportionnés. En prenant ce qui avait l’air d’être des spaghettis, j’ai fermé le réfrigérateur et j’ai commencé à chercher un bol. Après avoir ouvert 5 armoires différentes, j’ai finalement trouvé 2 types de bols différents ainsi que des assiettes. En prenant le premier bol que j’ai vue, je suis allé prêt du plan de travail et j’ai renversé le spaghetti froid dans le bol. Ensuite je l’ai mis au micro-onde, j’ai bien lavé le bol avant d’y mettre les spaghettis. Quand le micro-onde s’est éteint, j’ai sorti le bol chaud et je me suis assise au bar. En mangeant mes spaghettis, j’ai regardé par les fenêtres vers la cour arrière en pensant à ma vie. Je n’aurai jamais pensé que j’allais tomber aussi bas en épousant un gars aléatoire pour de l’argent. Si ma mère était ici en ce moment je me demande si elle n’aurait pas honte de moi. Le fait de penser à ma mère m’a rendu triste et en colère. N’ayant que 5 ans et laissée seule dans un endroit inconnu, j’ai eu l’impression que c’était de ma faute que ma mère m’a quitté. J’ai été une mauvaise fille ? Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? Bien sûr au fur et à mesure que j’ai grandi, j’ai traversé différentes étapes, j’ai pleuré en me disant que tout était de ma faute et je me suis mis à la détesté.

Je me disais qu’elle était partir pour une bonne raison, qu’elle ne m’aurait pas abandonné si elle n’avait pas le choix. Je me suis même convaincu pendant quelques années qu’elle était morte et que c’était pour ça qu’elle n’était pas revenue me chercher comme elle l’a dit, je veux dire qui laisserait un enfant à une porte et ne serait jamais revenus le chercher ? Maintenant j’ai 19ans et je me foutais de savoir si ma mère était vivante ou morte. Après des années à me poser des questions et à me blâmer, je me suis dit que ça n’avait plus d’importance et qu’elle n’était plus ma mère. Elle a perdu ce droit depuis le jour où elle m’a laissé dans cet orphelinat. Une fois j’ai voulu retrouver mon père, parce que j’avais cette haine caché en moi contre lui, parce qu’il a osé nous abandonné ma mère et moi, mais je ne l’ai plus fait. Il y a eu beaucoup de fois où j’aurais aimé que ma mère soit encore là pour moi. Des moments comme, quand un groupe d’enfants à l’école s’en prenait à moi, ou quand j’ai vécu mon adolescence. J’ai dû vivre tous ces moments de ma vie en étant seule, quand j’ai eu mon premier béguin et que le même garçon était impoli envers moi. Lors de l’obtention de mon diplôme, la plupart des enfants était en famille et il criait lorsque les enfants passaient sur le podium pour prendre leurs diplômes, moi je n’avais personne pour m’accompagner. A la fin lorsque chaque allais rejoindre sa famille, moi j’ai remis ma toge et je suis rentré à pied. Le couple qui dirigeait l’orphelinat n’a pas pu venir parce qu’ils ont surveillé les petits enfants. Cette nuit après avoir pleuré, avant de dormir, j’ai finalement réalisés que je serai toujours seule dans ma vie et que j’en suis même venu à l’accepter. Ce que j’ai dit à Amber sur le fait de ne jamais tomber amoureuse est vrai. Bien sûr, tout au long de mon cursus au lycée, j’ai eu quelques coups de foudre, mais comme tout dans ma vie n’allait pas, cela ne s’est pas produit. Je me rends compte que tous ceux que j’aime s’en vont. La meilleure façon de ne pas avoir le cœur brisé est de prétendre que vous n’en avez pas. Après cela, je n’ai jamais été avec quelqu’un d’autre et je n’ai pas prévus de le faire non plus. C’était la première fois que je me rapproche autant d’un gars à part ceux du club ou du restaurant. Bien sûr Ryan est attirant, très attirant même mais avec son comportement froid et cet accord, il ne se passera rien entre nous.

Ma nourriture a disparu depuis longtemps et on se rapprochait d’une heure. Je n’avais pas besoin d’être au club avant 5 heures. J’ai pris mon nouveau téléphone et je me suis dirigé vers la cour arrière. Autant jouer avec le téléphone pour m’occuper avant de devoir me préparé, en plus c’est agréable d’être en plein air pour la première fois depuis un moment. Nous n’avions que quelque semaine avant qu’il ne commence à faire plus froid, puis l’hiver s’installera. A New York, chaque fois qu’il fait chaud vous devez vous assuré de bien profiter du temps chaud car il fait froid pendant la majeure partie de l’année. Dans mon jean déchiré avec ma chemise bleu j’avais plutôt chaud, en m’asseyant devant le belvédère en regardant mon téléphone. Ne vous méprenez pas je sais que je n’avais jamais eu de téléphone avant, mais je ne suis pas non plus une idiote. J’ai joué avec le téléphone de mes amis plusieurs fois déjà, celui de Amber et même celui de Irène. Mes amis du lycée, Diane et Esther, me suppliait tout le temps d’avoir un téléphone pour que je puisse avoir Facebook de cette façon, nous n’arrêterions pas d’être amis quand elles iraient à l’université. Toutes les filles du lycée qui se sont fait des promesses de rester amis pour toujours, tout en sachant que chacun oublierais l’autre une fois à l’université, car arriver à l’université tout change. Chaque personne devient une autre personne complètement différente et les messages entre vous commenceront à devenir très rares, jusqu’à ce que vous ne vous parlerai plus. Diane, Esther et moi étions très proche, mais je dirai que je n’étais pas la meilleure amie pour elles. Elles ont eu une vie totalement différente de la mienne et je n’ai jamais compris pourquoi j’étais leur ami. Après l’obtention de nos diplôme, je n’ai entendu parler d’eux que quelque fois, mais nous avions arrêté de nous envoyer des texto et je n’ai plus eu de leur nouvelle depuis. Elles avaient l’intention d’aller dans la même université et de se trouver un appartement ensemble, mais bien sûr ces plans ne m’impliquais pas. J’aimerais dire que je me sentais blesser de ne pas être impliqué, mais ce n’était vraiment pas le cas. Ce qu’elles voulaient n’était pas ce que moi je voulais. J’ai passé environs une heure à jouer avec mon téléphone, j’ai téléchargé Facebook et Instagram, je n’avais vraiment personne à ajouter sur l’un ou sur l’autre, mais je voulais vraiment les avoirs au cas où j’aimerais me faire des amis ou simplement passer le temps. En posant le téléphone juste à côté de moi sur le banc, j’ai ramené mes jambes jusqu’à ma poitrine, en enroulant mes bras autours d’elles. En posant ma tête sur mes genoux, je me suis retourné et j’ai regardé vers la maison et la piscine. L’endroit était silencieux avec quelques bourdonnements d’abeille et de légère brise soufflait à travers les arbres. Ouais, ça rimait beaucoup avec moi. J’ai fermé les yeux et j’ai pris une inspiration profonde. Le simple fait d’être au dehors m’aide beaucoup à me détendre et mes pensées ce sont éclaircir. Tout ce que j’avais à faire était de passer cette année et après je pourrais retourner à une vie normale sans Ryan. Je peux le faire. J’ai regardé la pelouse, mais je ne voyais vraiment rien, j’ai continué à réfléchir à la façon dont j’allais parler à Logan et Irène. Je ne l’avais pas vraiment remarqué jusqu’à présent, mais mes deux emplois étaient vraiment similaires. Au restaurant je n’avais que Amber comme amie, au club, j’avais Irène, mes deux patrons étaient les mêmes. Rien d’intéressant ne se passait dans ma vie. Je pensais sarcastiquement à moi-même. Reconnaissant que l’heure de mon départ approchait, je me suis levé à contre cœur et je suis retourné à l’intérieur. Je n’avais vraiment pas hâte pour ce soir. Alors que je m’habillais de mon court short avec un débardeur vert clair, je me suis souvenu que Ryan disait que j’avais un chauffeur, je pouvais bien appeler le numéro, au lieu de devoir prendre un taxi et payer pour cela. Une fois que j’avais finis de m’habiller et que j’avais attaché mes cheveux en queue de cheval, j’ai pris mon téléphone et j’ai appelé le numéro qui était enregistré au nom de chauffeur. Une seconde plus tard la voix d’un jeune homme a répondu en disant bonjour.

- Bonjour je m’appelle Hope, Ryan a dit que vous étiez mon chauffeur ? J’ai demandé.

- Oui Mademoiselle, je suis Christ. Puis-je vous aidez pour quelque chose ? m’as demandé Christ.

- Euh oui, je dois aller travailler, ça te dérangerait de m’y conduire ?

- Non Madame ça ne me dérange pas. Je serai là dans une minute.

En disant Merci, j’ai raccroché et j’ai porté mes chaussures avant de quitter ma chambres et je me suis diriger vers la porte d’entrer. J’ai ouvert la porte juste au moment où une voiture noire lisse se garait devant la maison. Un grand homme au cheveu noire bouclé et qui pouvait avoir 3 ans de plus que moi, est sorti de la voiture et s’est dirigé vers moi. J’ai fermé la porte derrière moi et je suis allé à la rencontre du gars.

- Bonjour Madame, je suis Christ. Il m’a tendu la main, de près c’est un garçon très mignon, cheveux noire bouclé, une paire d’yeux brun clair presque noisette, des joues et une mâchoire haute. Il m’a sourire et on pouvait voir des dents très blanche.

- Bonjour, je suis Hope, je lui ai serré la main en lui souriant. Il avait l’air d’être dans la vingtaine. Je sentais ses yeux erré sur mon corps avant de rencontrer mes yeux.

- C’est agréable de vous rencontrer. Alors vous avez dire vouloir aller au travail ? Eh bien je suis là nous pouvons y aller.

- Attendez, je n’ai pas les clés pour fermer la maison, j’ai dit

- Ne vous inquiétez pas, il y a un système sur le côté de la porte, qui verrouille la porte après 5 minutes.

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Le contrat du milliardaire