Roman Le contrat du milliardaire chapitre Chapitre 7

- Hé ! je ne suis pas ce que vous pensez, je suis juste barman au club. Il a été calme pendant quelques minutes.

- Oh cela explique pourquoi vous êtes si différente des autres filles riches que j'ai dû conduire.

- D'autres filles riches ?

- Oui je pensais que tu étais comme les filles à papa, qui avait tout ce qu'elle voulait. Mais je me suis trompé. Il a haussé les épaules

- Je suppose que je dois dire Merci. J'avais probablement l'ère d'être une gamine de riche gâtée, qui avait un chauffeur et une si grande maison, tout le monde ne pouvais pas savoir que je suis l'enfant pauvre et sans maison, dans l'histoire.

- Nous y sommes. Il a dit soudainement en s'arrêtant devant le club. J'ai roulé mes yeux sur lui mais j'ai sourire. Je penses que lui et moi nous allons bien nous entendre. Il a commencé à déboucler sa ceinture de sécurité pour venir m'ouvrir la porte, mais j'ai mis la main sur la sienne pour l'arrêter.

- Je peux ouvrir la porte moi même

- A quelle heure vous finissez ? Christ m'a demandé. J'ai hésité avant de lui répondre parce que je ne voulais pas qu'il me ramène à la maison aussi tard.

- Je finis à 1 heure. S'il est trop tard pour vous, je pourrai simplement prendre un taxi. J'espérais silencieusement qu'il pourra m'attendre jusqu'à la fin de mon service, parce que je ne connaissais même pas l'adresse de Ryan pour pouvoir prendre un taxi.

- Non ce n'est pas trop tard pour moi. Je serai là 30 minutes avant la fin de votre service. Il m'a répondu avec sourire. Avec un merci et un sourire, j'ai ouvert la porte et je suis sortie de la voiture. Je me suis dirigée vers la porte des employés et j'ai frappé 3 fois, Toni m'a ouvert la porte encore une fois.

- Salut Toni j'ai dis en accrochant mon sac sur un crochet

- Salut Hope. A qui tu faisais des signes de main dans cette voiture noire qui t'as déposer ? Toni m'a demandé en fermant la porte.

- C'était un ami. J'ai répondu, ce qui n'est pas un trop grand mensonge. A quelle heure tu finis aujourd'hui ?

- À 11 heures. J'ai ma chérie à la maison qui a besoin de mon attention. Il a dit en souriant et en faisant des grimaces.

- Beurk, c'est dégoûtant, j'ai dis en me frottant le nez. Puisque je ne te verrai plus probablement avant que tu ne finissent ton service, je veux te dire quelque chose, j'ai dis en m'approchant de lui.

- C'est mon dernier jour aujourd'hui. Il m'a regardé avec un visage tout confus.

- Pourquoi ? J'espère que tu ne veux pas fuir avec un petit ami ?

- En fait je vais rentrer chez moi...et aller à l'école. J'ai mentir, je sais que je n'aurai pas dû le faire et je déteste vraiment ça. Je sais juste que si Toni est au courant de mon affaire avec Ryan il ne sera pas content de moi. De plus il ne savait pas que je n'avais pas de parents ou que je vivais seule ici.

- Vraiment !? C'est bien pour toi petite. Il m'a sourire en venant me serrer dans ces bras. Je suis vraiment content pour toi, ne cause pas beaucoup de problème à tes parents ou ne te cherche pas des ennuis en arrivant à l'université là bas. Tu y vas pour étudier, donc prends soin de toi. Toni disais sur un ton sévère en s'éloignant et en remuant son doigt vers moi. J'ai roulé les yeux

- Je ne le ferai pas, ne vous inquiété. Merci Toni pour tout ce que vous avez fait pour moi pendant que j'étais ici. Tu vas vraiment me manquer.

- Tu vas me manquer aussi Hope. Si vous revenez à New York venez nous dire bonjour, je sais que Alicia aimerais vous revoir.

- Je le ferai, au revoir Toni. Avant de commencer à pleurer, je lui ai rapidement faire un dernier câlin avant de partir travailler. La nuit va être longue. Malheureusement le bar était rempli à craquer. Une fois arrivé au comptoir, j'ai été accueillis par plusieurs personnes qui me criait dessus pour commander leurs boissons. Le bar était vraiment plein se soir, même si on était que jeudi soir. Même pendant la danse des filles sur scène, on recevait toujours des commandes. Bien que nous ayons été vraiment occupée toute la soirée, le temps n'a pas passé plus vite. L'horloge tournait très lentement jusqu'à 10 heures quand les gens ont finalement cessé de venir au comptoir, et que nous, barman avons eu une brève pause. Je savais que Irène finissait à 11 heures, donc c'était le meilleur moment pour lui parler. Ça va vraiment me manquer de travailler avec elle, elle m'a beaucoup aidé. Nous avons tous les deux traversé des moments difficiles, des choses totalement différents, mais ça nous a rapprocher.

- Hey Irène, puis-je te parler un instant ? Je l'ai amené de l'autre côté dur bar. Elle m'a envoyé un clin d'œil et s'est frayé un chemin jusqu'à là où j'étais, en sachant que personne ne pouvait nous entendre.

- Oui Hope

Commentaires

Les commentaires des lecteurs sur le roman : Le contrat du milliardaire